Sonnet LXXXIII – Poème de Joachim du Bellay

Nymphe au bord de la rivière

Déjà la nuit en son parc amassait Un grand troupeau d’étoiles vagabondes, Et, pour entrer aux cavernes profondes, Fuyant le jour, ses noirs chevaux chassait. Déjà le ciel aux Indes… Lire la suite…

Vingt-troisième heure…

Vingt-troisième heure

Vingt-troisième heure… Les artères enneigées de la ville irradient, tranchées sanguines dans la brume laiteuse. Des empreintes inconnues, notes régulières sur la portée blafarde, se perdent en silence. Guillaume Riou.… Lire la suite…