Présage

PRÉSAGE

 

Farouche, la bise griffe les liquidambars.

Le pelage du parc public se truite.

Les feuilles ensanglantées
éclaboussent même le terne de l’avenue.

Cruors grenat aux caniveaux bourbeux,
l’hiver approche…

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°22, Paris, 2017.

 

Présage

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Disparition

DISPARITION

 

Frisson d’un murmure

dans la houle du champ de seigle,
dans le ballet nébuleux des mouches,
dans le linceul de la rivière,

au dos des pierres moirées de sang.

Ne me cherchez pas, je ne suis plus là.

Disparu.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°18, Paris, 2013.

 

DisparitionPhotographie par Chris Friel pour la série Biosphere

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

23 bis rue Louis Pasteur

23 BIS RUE LOUIS PASTEUR

 

Les fleurs d’hortensia
qui coiffent le mur de la terrasse
luisent de poussière pluviale.

Les pixels colorés
des pavés me ramènent
à nos jeux d’enfants.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°20, Paris, 2015.

 

23 bis rue Louis Pasteur - Pavés de la terrasse

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Entrepôts désaffectés

Entrepôts désaffectés

 

Les vétérans métalliques
soutiennent à bout de poutres
les ruines saoules
de leur chair industrielle.

Gisent leurs carcasses lézardées
livrées aux assauts de l’abandon.
Ossuaire périurbain
terni de poussière.

Une plaque de tôle ondulée
pend dans un silence de plomb.

Un faisceau de barres d’acier
baigne dans une flaque rubigineuse.

Des palettes perdues agonisent,
prisonnières d’arantèles élimées.

Une colonne de fourmis progresse
sur le corps graffité d’un homme sans visage.

Ronces et lierres peinent
à enchaîner le béton des dalles.

Comme un affront
à la laideur du lieu,
le haut fourneau solaire
anime brillamment
les tessons de verre éparpillés.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°22, Paris, 2017.

 

Entrepôts désaffectés

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Épanouissement

ÉPANOUISSEMENT

à Jess,

La caresse du vent
tabise le drap de verdure.

Tu dors, sereine,
sous la course des nuages.

Le reflet noir de tes lunettes
me renvoie ce visage connu
que j’accepte enfin.

Je sais qui je suis
et le suis avec toi.

 

Guillaume Riou. Poème publié dans le recueil collectif  Un bout de chemin…, Ed. du Bord du Lot, 2011 et dans Les Citadelles, revue de poésie, n°22, Paris, 2017.

 

ÉpanouissementLa sieste – © Dominique Amendola, Huile sur toile

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Utéronaute

UTÉRONAUTE

à Martin,

Arrimé au vaisseau-mère,
par le cordon vital,
tu flottes
dans l’immensité du cosmos utérin.

Ton corps,
minuscule scaphandre translucide,
croît au rythme fou
des percussions cardiaques.

En lien continu
avec ta créatrice,
tu parais serein…
arborant plus que jamais
la valeur d’être.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°20, Paris, 2015.

 

Utéronaute

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

L’astronome

L’ASTRONOME

 

L’astronome apprend
aux lectures des recueils d’étoiles,
des parchemins intérieurs,
et des manuels du Tout.

Clef de voûte
de nos destinées,
il transmet, par sa seule pensée,
l’inimaginable.

Tendez l’esprit :
il nous révèle que
chaque atome est une planète,
chaque planète un atome.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°21, Paris, 2016.
Poème inspiré par la sculpture « L’astronome » de Maurizio D’Agostini, qui se trouve sur le Chemin Idéal (Seynod).

 

astronome - Sculpture de Maurizio D'AgostiniL’astronome – Sculpture de Maurizio D’Agostini – 1994 – Pierre de Vicenza (Italie).
Photo © René Gastineau, dans l’ouvrage « Sculpture & Poésie sur le Chemin Idéal », Léo Gantelet, 2015

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La nuit d’Audierne – Poème de Philippe Démeron

La nuit d’Audierne

1

Soldats de la nuit pélagienne
sombres guerriers bardés de brumes
combattrons-nous le jour venu
votre cohorte élyséenne
envahisseurs sanglés d’écume
amoureux de fleurs noires et de mésaventures
galériens sans pardon de hauts-fonds et d’abysses
pourquoi sous vos mâtures
ornées de blêmes amertumes
guidez-vous sans repos nos timons aux supplices ? Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print