Os à moelle

OS À MOELLE 1

 

La Terre plie tant
sous le poids de nos erreurs
qu’elle en vient à perdre
ses vertèbres trop usées.

 

Os à moelleL’Os à moelle – Sculpture d’Henri Barmasse (1940-2016), installée sur le Chemin idéal à Annecy (Seynod).
Bloc erratique des environs d’Annecy – 2001

 

OS À MOELLE 2

 

Dans l’anneau minéral
de nos restes osseux
s’abrite
l’invisible moelle
de nos origines.

 

Guillaume Riou, in Sculpture & poésie sur le Chemin idéal, Léo Gantelet, 2015
Poèmes inspirés par la sculpture « L’Os à moelle » d’Henri Barmasse, qui se trouve sur le Chemin Idéal.

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Entrepôts désaffectés

Entrepôts désaffectés

 

Les vétérans métalliques
soutiennent à bout de poutres
les ruines saoules
de leur chair industrielle.

Gisent leurs carcasses lézardées
livrées aux assauts de l’abandon.
Ossuaire périurbain
terni de poussière.

Une plaque de tôle ondulée
pend dans un silence de plomb.

Un faisceau de barres d’acier
baigne dans une flaque rubigineuse.

Des palettes perdues agonisent,
prisonnières d’arantèles élimées.

Une colonne de fourmis progresse
sur le corps graffité d’un homme sans visage.

Ronces et lierres peinent
à enchaîner le béton des dalles.

Comme un affront
à la laideur du lieu,
le haut fourneau solaire
anime brillamment
les tessons de verre éparpillés.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°22, Paris, 2017.

 

Entrepôts désaffectés

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Semnoz

SEMNOZ

 

Ennuagée d’écume,
la vague arrondie
enfle de verdure
au dessus d’Annecy.

Perçant les nues,
un mat relais*
annonce l’accostage
d’un mystérieux navire.

 

Guillaume Riou, poème rédigé en mai 2016.

* Antenne relais, station TDF de la Grande Jeanne.

 

Semnoz - Photo par Corinne RigaudeauLe Semnoz vu d’Annecy
Photographie par Corinne Rigaudeau depuis le 3ème étage de la médiathèque Bonlieu, le 4 mai 2017

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Épanouissement

ÉPANOUISSEMENT

à Jess,

La caresse du vent
tabise le drap de verdure.

Tu dors, sereine,
sous la course des nuages.

Le reflet noir de tes lunettes
me renvoie ce visage connu
que j’accepte enfin.

Je sais qui je suis
et le suis avec toi.

 

Guillaume Riou. Poème publié dans le recueil collectif  Un bout de chemin…, Ed. du Bord du Lot, 2011 et dans Les Citadelles, revue de poésie, n°22, Paris, 2017.

 

ÉpanouissementLa sieste – © Dominique Amendola, Huile sur toile

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Utéronaute

UTÉRONAUTE

à Martin,

Arrimé au vaisseau-mère,
par le cordon vital,
tu flottes
dans l’immensité du cosmos utérin.

Ton corps,
minuscule scaphandre translucide,
croît au rythme fou
des percussions cardiaques.

En lien continu
avec ta créatrice,
tu parais serein…
arborant plus que jamais
la valeur d’être.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°20, Paris, 2015.

 

Utéronaute

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Treize novembre

TREIZE NOVEMBRE

 

Paris, cette nuit,
empeste le sang
des innocents criblés de métal
et des séides ceinturés d’horreur.

 

Guillaume Riou. Poème rédigé en novembre 2015 après les attentats de Paris.

Treize novembreAttentats de Paris – Dessin de Tommy Dessine

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Mue

MUE

 

La mue tombale
révèle le charbon intime.

La mort accompagne
le tissu des chairs
pour éclore au bout du quai.

Ainsi le passeur reconnaît les siens.

 

Guillaume Riou, in le livre d’artistes Mue, Ed. Index, 2013.
Poème rédigé en 2009, inspiré du raku « Main en mutation » de l’artiste Heurtebise.

 

MueMain en mutation, raku d’Heurtebise

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr