Eleven A.M. (Onze heures du matin) – Poème de Joyce Carol Oates inspiré d’une peinture d’Edward Hopper

ELEVEN A.M.

 

She’s naked yet wearing shoes.
Wants to think nude. And happy in her body.

Though it’s a fleshy aging body. And her posture
in the chair—leaning forward, arms on knees,
staring out the window—makes her belly bulge,
but what the hell.

What the hell, he isn’t here.

Lived in this damn drab apartment at Third Avenue,
Twenty-third Street, Manhattan, how many
damn years, has to be at least fifteen. Moved to the city
from Hackensack, needing to breathe.

She’d never looked back. Sure they called her selfish,
cruel. What the hell, the use they’d have made of her,
she’d be sucked dry like bone marrow.

First job was file clerk at Trinity Trust. Wasted
three years of her young life waiting
for R.B. to leave his wife and wouldn’t you think
a smart girl like her would know better ?

Second job also file clerk but then she’d been promoted
to Mr. Castle’s secretarial staff at Lyman Typewriters. The
least the old bastard could do for her and she’d
have done a lot better except for fat-face Stella Czechi.
Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Dunes

DUNES

 

Parcoure lentement mes demi-lunes de peau
mes coupoles intimes
étoilées de sens.

Dansent les oyats de mon crâne
au souffle de tes doigts.

Des vagues de plaisir
creusent ma plage nucale
et s’enlacent…

Océan pacifié.

 

Guillaume Riou, in Entre vers et rose : poèmes, recueil collectif, Ed. du bord du Lot, 2010

 

Dunes de peauCouple nu – Photographie par Lucien Clergue (1934-2014), 1989.

 

 

 

Clefs : sensualité | caresse | sexe | types de dunes
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Le danseur des ruines – Poème de Michel Ménaché

Danseur des ruinesAhmad Joudeh dansant sur les ruines de Palmyre, en Syrie
– Image du documentaire Dance or die, 2016 –

Le danseur des ruines

à Maram al-Masri,

« Danse ou meurs »
Ahmad Joudeh

 « Il faut porter du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse. »
Friedrich Nietzsche

 

La peur au ventre
la tête haute
il s’élance dans le camp de Yarmouk
contemple Damas dévastée
les pierres saignent le béton s’effondre
il défie la pesanteur
et les bombes
il ignore les snipers tapis dans l’ombre
Homs agonise
Alep subit depuis des mois les outrages
des fous de Dieu
la rage des mercenaires & des avions
d’Al Assad Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Plongée

PLONGÉE

 

Minute de songe, pétrifiée.
Le voyage
est intérieur…

Enveloppe de chair absente,
oubliée.

Immersion salutaire
au doux de l’alvéole,
au revers des coutures,
au démesuré de l’intime.

Seul, dans ma plaine abyssale,
en recul,
en relâche,
en ressource.

 

Guillaume Riou
Poème écrit en août 2010.

 

Plongée - Poème de Guillaume RiouVacuous – Photomontage par Jeffrey Michael Harp

 

 

Clefs : subconscient | repli nécessaire | profondeur | retrait du monde | connaissance de soi | refuge | absence | évasion
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

à Frédérique Arvat,

Sur le parvis de l’opéra Garnier
les orchestres dos à dos
accompagnent Fred
dans sa quête d’orientation.

Pomme en main
elle danse,
interroge l’infini*
sous le regard doré
d’une Renommée sceptique.

 

Guillaume Riou. Poème écrit en 2011.

* geste en forme de symbole infini à faire avec son smartphone pour recalibrer la boussole interne via l’application Google maps.

 

∞ infiniRenommée au pied de L’Harmonie – Sculpture par Charles Gumery (1827-1871) appartenant au groupe en bronze doré L’Harmonie, couronnement gauche de la façade principale de l’opéra Garnier. La Poésie constitue le couronnement droit.

 

 

Clefs : Frédérique Grumel-Arvat | allégorie | Apple iPhone | art | danseuse | divinité | géolocalisation | connecté | geste | lemniscate | mouvement | mythologie | palais Garnier | spiritualité | symbole | téléphone portable | infinity |  Charles-Alphonse-Achille Gumery
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Letter from Koblenz (Lettre de Coblence) – Poème de Kenneth White

LETTER FROM KOBLENZ

 

In memoriam Ausonius, latin poet, resident in
4th century Bordeaux (Burdigalia) who made a trip
to Koblenz (Confluentes) and thereafter wrote the
long river-poem Mosella.

 

Here in this confluential town
at the junction of the Rhine and the Moselle
a chill rain running
down the window of the Europa Hotel
I’m reading that old Ausonian poem :
« I had just traversed the Nava
fast-moving through its fog
then iter ingrediens solum
commenced a lonely road… » Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Disparition

DISPARITION

 

Frisson d’un murmure

dans la houle du champ de seigle,
dans le ballet nébuleux des mouches,
dans le linceul de la rivière,

au dos des pierres moirées de sang.

Ne me cherchez pas, je ne suis plus là.

Disparu.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°18, Paris, 2013.

 

DisparitionPhotographie par Chris Friel pour la série Biosphere

 

 

 

Clefs : absence | missing | abandon
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Soies – Poème d’Hubert Nyssen

SOIES

 

 

Je te supplie, déploie ce soir
toutes tes soies, des plus palpables
aux plus secrètes, des plus souples
à celles, un rien râpeuses et pareilles
aux petits vins que tu préfères,
lève ces soies comme tu lèverais
le soupçon du délire, lève-les
pour mon plaisir de cartographe Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Chronos

CHRONOS

 

Assis sur une souche
tatouée de vécu,
je trempe mes pieds
dans l’ombre monumentale
que le massif déploie.

En une fraction de déclin,
son domaine s’étend
jusqu’au profond de mes pupilles.

Elle me saisit la chair,
s’incruste à l’ossature
de mes tourments.

Noyé dans le terne
silencieux et rafraîchissant,
je prends conscience
que ma vie n’est qu’un cycle
dans les cycles du temps.

 

Guillaume Riou. Poème écrit en 2012

 

Chronos

 

 

Clefs : alpages | cycle | dendrochronologie | effroi | existentialisme | obscur | randonnée
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Maroc qu’on aime – Poème de Mohamed Aouragh

MAROC QU’ON AIME

 

Le Maroc qu’on aime
Le Maroc des mordus du clavier
Mobilisateurs du 20 février*
Internautes avertis frustrés
Assoiffés de justice de dignité
Les perpétuels révoltés
Les enragés de vérité
Longtemps stigmatisés
Écartés rejetés diabolisés… Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print