Coquillages et caleçon de bain – Farces poétiques de Pierre Desproges

Fervent amateur de littérature, Pierre Desproges (1939-1988) maniait le verbe avec talent, au service du comique et du cinglant.
Il savait aussi s’en moquer.

coquillages caleçon de bain(Source de l’image)

J’ai retrouvé sur le site de l’Ina deux intermèdes d’une émission d’Antenne 2 diffusée en 1979 : « Sacha Distel à Monte-Carlo » . On y découvre, au large des côtes, un bateau de plaisance sur lequel Desproges porte en dérision la poésie et les poètes.
Sous ses airs de touriste nonchalant, il drape dans ses rimes maladroites et ses poncifs une satire du poète vertueux qui se prend au sérieux.

La poésie a trouvé là un moqueur à sa mesure.

LES COQUILLAGES

 

Ah, j’aime bien pêcher les moules et les rascasses !
On en trouve parfois en cherchant dans la mer.
Alors qu’en montagne, il y en a pas des masses.
Voit-on sur le Mont-Blanc des moules marinières ? Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Mélanome attitude – Poème satirique

MÉLANOME ATTITUDE

 

Ces imbéciles modernes
consacrent
chaque minute de leurs vacances
à poursuivre le soleil
comme un bâton lancé
au chien.

De l’aube au crépuscule
la moindre lueur céleste
mobilise leur concentration.

Étalés de toute leur platitude,
ils retournent leurs escalopes ridées
dans la panure des plages.

Leur peau de beurre fondu
scintille et s’affaisse lentement
dans une flaque de mirages.

De retour au bureau,
le cuir orange cramé,
ils montreront leurs marques de string
à défaut d’avoir quelque-chose à raconter.

Et, avec les années,
cuits comme des travers de porcs,
ils remplaceront leurs séances d’UV
par de douloureuses séances de rayons.

 

Guillaume Riou

 

Mélanome attitude - bronzage

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Le vieux réac – Poème satirique d’Alexandre Agnellet

Alexandre Agnellet fait partie des poètes satiriques dont j’ai pu apprécier la lecture.
Je ne sais rien de cet auteur, mais j’ai pu observer le contexte de son époque, au prisme de ses vers, dans le recueil « A tort et à travers » publié en 1892.

Il n’est pas tendre avec ses cibles, souvent les politiciens de l’époque, comme le célèbre général Boulanger (dans le poème « Vive Boulange », page 65-66).

Ce poème « Le vieux réac » vise sûrement une figure précise du monde politique de cette fin de XIXe siècle, mais laquelle ? En tous cas, la satire n’est pas démodée et pourrait convenir à bien des agitateurs actuels…

 

LE VIEUX RÉAC

 

Son crâne peu meublé balance trois cheveux,
Souvenirs des combats, terminés en défaites ;
L’œil est terne, et le corps qui se replie en deux,
Pour être ainsi courbé, subit bien des tempêtes,
Triste et pâle flambeau qui jamais n’a brillé,
Pour mordre n’ayant pas la mâchoire assez forte,
C’est à peine s’il peut, ce cerveau dépouillé,
Aboyer faiblement la plainte qu’il apporte. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Diagnostic – Poème anti-intégristes

DIAGNOSTIC

 

Le soleil brille par son absence ce matin.
Le temps regimbe,
las de galoper sur les braises humaines.

Sous un divin prétexte,
des vies subissent
les attaques pernicieuses d’un cénacle lefebvriste de Civitas.

Sous un divin prétexte,
des vies brûlent
dans les flammes d’une poignée de salafistes djihadistes.

Sous un divin prétexte,
des vies tremblent
au courroux d’un cercle de sionistes du Betar.

Des groupuscules religieux
fanatiques et déviants
crachent sur tous ceux qui ne leur ressemblent pas.

Monopole de leur foi !

Pureté de leur sang !

Établissement de leur théocratie !

Ils profanent, avilissent,
prêchent la censure et imposent leurs dogmes.

– Regain d’inquisition –

Extrémistes parano-haineux,
dégénérés assoiffés de justice divine,
ils concentrent ce que l’humanité a de plus faible et de plus meurtri,
de plus inconscient et de plus sombre.

Leur salut ne viendra ni du dieu vengeur qu’ils fantasment

ni de leurs divagations prophétiques,

mais au mieux :

d’une bonne intraveineuse de laïcité,

d’un comprimé de tolérance matin et soir,

d’un épais sirop de fraternité

et d’un profond lavement aux essences d’humanisme.

 

Guillaume Riou, décembre 2012.

Diagnostic

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

L’assiette au beurre municipale – Poème de Jules Grandjouan

Que penser de cette campagne politique pour les prochaines élections présidentielles ? Pas grand chose… rien de positivement surprenant.

Prêts à tout pour monter sur le trône, les bouffons nous amusent tristement.

On notera la bassesse habituelle des candidats : promesses stériles, déni, petites phrases de petits mots, effets d’annonces, chiffres sans fondements, bains de foule, serrage de mains et léchage de bottes du peuple.

Le pays n’apparaît alors que comme le fabuleux creuset de voix électorales. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La folle du marché d’Annecy – Poème satirique de Thomas Ibanez

LA FOLLE DU MARCHÉ D’ANNECY

 

«  Elle vous jurera que nous la harcelions
       tics et grimaces lui ruinant le visage,
       vous découvrirez vite qu’elle est rongée
par le courroux de la folie. » William Peter Blatty

 

Les murs sardes ocre et vert-de-gris
ondulent paisiblement au miroir du Thiou.
Des arcades de la vieille ville
monte la criée des commerçants.

La chevelure brouillée et l’œil sombre,
elle apparaît sur le pont de la République
comme chaque vendredi de sa vie monotone.

Harpie rouge cinabre,
aigrie et envieuse du bonheur des autres,
elle entache de son ombre vacillante
les étals chamarrés du marché.

Tel un insecte scatophage
perturbant l’ambiance affable et décontractée,
elle cherche les histoires nauséeuses
et bourdonne des insultes
aux visages qu’elle croise. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La Bourse – Poème d’Eugène Bizeau

Un poème plus que jamais d’actualité, 22 ans après la mort du poète…

 

La Bourse

 

Le lieu de rendez-vous des voleurs à la mode,
Des escrocs bien vêtus, que la bonté du Code
Autorise à piller le gousset des pékins
De la même façon que les pires coquins.

Le lieu de rendez-vous de ceux qu’aux antipodes
Nous aiderons plus tard à porter leurs pagodes,
Si quelques-uns, fixés sur la marche des trains,
Ne trouvent plus tôt fait de leur casser les reins. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

À la musique – Poème d’Arthur Rimbaud

À LA MUSIQUE

Place de la gare, à Charleville

Sur la place taillée en mesquines pelouses,
Square où tout est correct, les arbres et les fleurs,
Tous les bourgeois poussifs qu’étranglent les chaleurs
Portent, les jeudis soirs, leurs bêtises jalouses.

— L’orchestre militaire, au milieu du jardin,
Balance ses schakos dans la Valse des fifres :
— Autour, aux premiers rangs, parade le gandin;
Le notaire pend à ses breloques à chiffres ; Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Ministre en 2011 ou La grande imposture – Poème satirique de Thomas Ibanez

MINISTRE EN 2011
ou
LA GRANDE IMPOSTURE

Je n’ai pas vraiment de métier,
sinon celui de parader
comme un dindon bien gras
dans les médias.

Je porte aux oreilles naïves
la bonne parole élusive
de mon tout puissant
patron-Président.

Fantoche de l’Élysée
on me déplace à volonté
et peu importent mes compétences,
spécialités et appétences. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Zoo bling-bling – Poème satirique

Réunis entre amis à Megève pour passer le nouvel an 2010, nous avons eu l’opportunité d’assister à un spectacle à la fois pathétique et étonnant, qui m’a inspiré ce poème :

pingouin-bling-bling

ZOO BLING-BLING

Les flambeaux descendus
percent la brume albuginée…

Entrez, entrez donc
au luxueux zoo de Megève !

Venez rire… ou pleurer
au spectacle des pavés
de la station d’apparats

Au programme du nouvel an :

Lâché de pingouins fortunés
sous le sapin Swarovski,
peinant à tenir la verticale
sur leurs frêles pattes cirées.

Ballet de bêtes à fourrures
irisées de gris-blond,
aussi laides que féroces,
tenues en laisses d’argent.

Défilé de bonobos,
à la mèche gominée,
puceaux en chaleur
pressés par la trotteuse Rolex

Les cris des mafieux de tous pays,
enroués de vin chaud,
s’entrechoquent
aux angles gelés du bourg.

Ne manquez pas cette nuit Bolloréale
car, au lendemain,
le convoi charbonneux
des polluants carrosses à bestiaux
laissera pour mort
le village sans âme.

Guillaume Riou, janvier 2010.

 

zoo bling-blingMegève et son sapin bling-bling

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print