Le vieux réac – Poème satirique d’Alexandre Agnellet

Alexandre Agnellet fait partie des poètes satiriques dont j’ai pu apprécier la lecture.
Je ne sais rien de cet auteur, mais j’ai pu observer le contexte de son époque, au prisme de ses vers, dans le recueil « A tort et à travers » publié en 1892.

Il n’est pas tendre avec ses cibles, souvent les politiciens de l’époque, comme le célèbre général Boulanger (dans le poème « Vive Boulange », page 65-66).

Ce poème « Le vieux réac » vise sûrement une figure précise du monde politique de cette fin de XIXe siècle, mais laquelle ? En tous cas, la satire n’est pas démodée et pourrait convenir à bien des agitateurs actuels…

 

LE VIEUX RÉAC

 

Son crâne peu meublé balance trois cheveux,
Souvenirs des combats, terminés en défaites ;
L’œil est terne, et le corps qui se replie en deux,
Pour être ainsi courbé, subit bien des tempêtes,
Triste et pâle flambeau qui jamais n’a brillé,
Pour mordre n’ayant pas la mâchoire assez forte,
C’est à peine s’il peut, ce cerveau dépouillé,
Aboyer faiblement la plainte qu’il apporte. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La Vitrollaise – Poème anti-fachos de Thomas Ibanez

Si vous suivez l’actualité, vous avez appris comme moi que le croulant Jean-Marie Le Pen a réuni ses 500 signatures et retente sa chance (et notre malheur) pour les présidentielles.

Ceci a réveillé en moi des souvenirs de 2002. J’ai donc mis le nez dans mes cartons de paperasses afin de retrouver un poème, « remake » de notre hymne national, que j’aidais à distribuer lors des manifs anti-fachos qui se déroulèrent entre le 21 avril et le 05 mai.

Cette reprise de la Marseillaise relate la montée de l’extrême droite ces dernières années et lui fait un pied-de-nez, en osant retourner contre elle le chant patriotique !

LA VITROLLAISE

Allons enfants de la Démocratie
Le jour de choir peut arriver
Contre nous de la tyrannie
Le temps, dard sanglant, s’est levé… (bis)
Qu’entendons-nous dans nos campagnes ?
Mugir deux féroces soldats,
Ils viennent jusque dans nos lois,
Egorger nos frères, nos compagnes… Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print