Sculpture et poésie sur le Chemin idéal

Attroupés sous un duvet de nuages cléments, les spectateurs prennent place sur les pavés du Chemin idéal. Tranquillement, on se reconnaît, on se dévisage. Chacun s’imprègne des énergies qui émanent du parc.

Les poètes, certains en retard, d’autres distraits, font corps pour la photo.
L’ouvrage qui les rassemble ce soir est pointé du doigt par la balise et la girouette. Il arbore le dialogue des arts.

Fébriles d’excitation et d’inquiétude mêlées, les organisateurs cherchent leurs marques. Sous son chapeau estival, le visage de Léo, porteur du projet, s’anime de détermination. Il s’avance et inaugure le lancement du recueil « Sculpture & poésie ». Les mots sont justes, les remerciements sincères et partagés.

Le violoncelle de Magali Mouterde et le piano de Sylvain Vallet s’unissent ; la voix parfaitement placée du comédien Alain Carré sublime à nos oreilles bées les vers des poètes. Vingt auteurs des Savoie se sont laissés inspirer par les sculptures du Chemin idéal. Leur langage anime les matières,  les interprète. Leur verve caresse, cisèle, burine. L’art nourrit l’art.

Tous profitent de cette parenthèse poétique au creuset opalescent d’une nature apaisante.

La vigueur des applaudissements est à la mesure du plaisir. Puis les éclats tuilés et dorés du vin relient les individus comme autant d’astres dans l’Aire cosmologique.
Discrètes, les heures coulent et fusionnent au fourneau d’un magnifique soleil couchant. Nos regards s’y perdent et notre volonté de poursuivre les festivités s’affirme. Léo invite ceux qui le souhaitent à partager repas et discussions.

Heureux et ressourcé, chacun redescend de l’idéal pour reprendre son chemin.

 

Guillaume Riou. En souvenir de la soirée de lancement du livre « Sculpture & poésie sur le Chemin idéal » en date du 7 juin 2015.

 

Sculpture et poésie sur le Chemin idéal

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Sculpture & poésie sur le Chemin idéal – Lancement du livre le 7 juin 2015

Le livre « Sculpture & poésie sur le Chemin idéal » présente l’impressionnant jardin artistique de Léo Gantelet. Il réunit une série de poèmes inspirés par les 33 sculptures qui le composent.

J’ai l’honneur de faire partie des auteurs retenus pour la publication de cet ouvrage, avec plusieurs poètes de la région : Claire Bethmond, Geneviève Biffiger, Gaby Chavarin, Sylvie Domenjoud, Christine Doucet, Jocelyne Guaraldo, Solange Jeanberné, Mary Newcomer, Hélène Soris, Ornella Venturini, Bruno Arts, Gilbert Chatenoud, Bernard Corboz, Michel Dunand, Marcel Gaden, Romain Gantelet, Jacques Grouselle, François Guerraz, Daniel Lévy et Marcel Maillet.

Le dimanche 7 juin 2015, une soirée festive de lancement de ce livre clôturera la manifestation institutionnelle « Rendez-vous aux jardins ». À cette occasion, le comédien Alain Carré prêtera sa voix aux poètes dont les textes figurent dans l’ouvrage ; il sera accompagné au clavier par Sylvain Vallet et au violoncelle par Magali Mouterde.

Rendez-vous à 18h00 au 8 rue des Emognes à Seynod (74). Entrée 4€

sculpture et poésie sur le chemin idéal - seynod

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Pourquoi ces moments de vie… – Poème de Gérard Bosson

J’ai découvert la poésie de Gérard Bosson en lisant son recueil « Amour, Cœur ou Tripes… », aux Éditions de l’Athanor, 1975.

Ses poèmes ont tout de suite retenu mon attention.

En creusant un peu, j’ai été surpris d’apprendre que le poète haut-savoyard est triple champion de France de parachutisme et reconnu comme un des pionniers du parapente (avec Jean-Claude Bétemps et André Bohn). Il crée en 1979 le premier club-école de parapente « Les choucas » à Mieussy. Puis il part ouvrir des écoles de parapente (ou « Vol de pente ») à la Réunion, au Japon, en Australie, aux Marquises, au Togo… .

Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Sagesse de Sallanches – Texte de Christophe Barbier

Le journaliste politique, directeur de la rédaction de la revue L’express, Christophe Barbier est natif de Sallanches. En décembre 2007, il met à l’honneur cette ville de Haute-Savoie qui lui est chère dans un édito pour la revue hebdomadaire Eco des Pays de Savoie.

C’est dans cette même ville que j’ai passé mes années lycée et, lorsque j’ai lu ce texte, nombre de souvenirs ont refait surface.

Je dédicace ce billet à mon ami et ancien prof de théâtre Jean-Charles Bruel, qui appréciera sans nul doute cette lecture : Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Les houppes rétives… – Poème de Jean-Vincent Verdonnet

Les houppes rétives
de quelques peupliers
luisent à la corne du bois
et la gelée blanche
sur le pré en pente

Errant

un air d’harmonica

donne le signal de la danse
aux fantômes limpides de l’air
à l’extrême frisson des feuilles Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La folle du marché d’Annecy – Poème satirique de Thomas Ibanez

LA FOLLE DU MARCHÉ D’ANNECY

 

«  Elle vous jurera que nous la harcelions
       tics et grimaces lui ruinant le visage,
       vous découvrirez vite qu’elle est rongée
par le courroux de la folie. » William Peter Blatty

 

Les murs sardes ocre et vert-de-gris
ondulent paisiblement au miroir du Thiou.
Des arcades de la vieille ville
monte la criée des commerçants.

La chevelure brouillée et l’œil sombre,
elle apparaît sur le pont de la République
comme chaque vendredi de sa vie monotone.

Harpie rouge cinabre,
aigrie et envieuse du bonheur des autres,
elle entache de son ombre vacillante
les étals chamarrés du marché.

Tel un insecte scatophage
perturbant l’ambiance affable et décontractée,
elle cherche les histoires nauséeuses
et bourdonne des insultes
aux visages qu’elle croise. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Visite du « Chemin idéal » en poèmes – Seynod

Ne manquez pas cette soirée dans un lieu magique sur les hauteurs de Seynod (74) :

chemin idéal - Poèmes au jardin des sculptures

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Les arbres – Poème de Jean Lahor (Henri Cazalis)

LES ARBRES

à André Theuriet.

Aimez et vénérez, ne tuez pas les arbres ;
Un pays meurt, après que ses grands bois sont morts ;
Aucun n’est protégé par la splendeur des marbres,
Et, les abris perdus, les peuples sont moins forts.

Ce n’est pas seulement pour la douceur du rêve
Par nous goûtée en l’ombre apaisante des bois.
Qu’il conviendra toujours de respecter leur sève,
Sœur pâle du sang rouge et sacrée autrefois ; Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Les pommes de terre – Poème de Jean-Baptiste Claray

L’inspiration peut trouver sa source dans les détails les plus anodins de la vie. En voici la démonstration, avec ce chant poétique sur… les pommes de terre.
En fait, pas si anodins que cela, car la pomme de terre, comme le pain et le fromage, tenait une place importante dans l’alimentation de nos aïeux.

Autrefois, le rapport à l’aliment était sans nul doute différent de notre approche actuelle très consumériste. Combien d’enfants aujourd’hui ignorent où et comment poussent les pommes de terre du supermarché ?

L’auteur de ce texte, Jean-Baptiste Claray était instituteur à Chamonix dans la première moitié du XIXème siècle. Il publiait régulièrement des poèmes dans la presse lyonnaise.

 

LES POMMES DE TERRE

 

Dans l’univers silence et paix,
Qu’au fond des bois l’écho sommeille,
Que sous le chaume et sous le dais
On ouvre une attentive oreille ;
Le nouveau sujet de mes chants
Eût été digne de Voltaire,
Muses, prêtez-moi ses accens,
Pour chanter les pommes de terre. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Patrimoine menacé – Poème résistant de Thomas Ibanez

Après le rassemblement de ce 2 mai 2010 sur les bords du lac Annecy, pour défendre la loi littoral, je ne pouvais m’abstenir de mettre en ligne le poème engagé de Thomas Ibanez :

PATRIMOINE MENACÉ

 

Annecy suffoque, branchies ensanglantées,
bouche bée en un cri muet de détresse !
Des politiques de mauvais augure
affilent le harpon qui meurtrira la beauté de nos environs.

Vils sénateurs et autres perchés,
sous l’appât d’une écœurante spéculation,
s’astiquent le dard législatif
pour souiller les grands lacs alpins. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print