Der König in Thule (Le roi de Thulé) – Poème de Johann Wolfgang von Goethe

DER KÖNIG IN THULE

 

Es war ein König in Thule,
Gar treu bis an das Grab,
Dem sterbend seine Buhle
Einen goldnen Becher gab.

Es ging ihm nichts darüber,
Er leert’ ihn jeden Schmaus;
Die Augen gingen ihm über,
So oft er trank daraus.

Und als er kam zu sterben,
Zählt’ er seine Städt’ im Reich,
Gönnt’ alles seinen Erben,
Den Becher nicht zugleich. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Awen ou le faiseur de lumière – Poème de Jean-Louis Gault

Il n’y a en nous rien qui soit inacceptable,
sinon le jugement maladroit
que nous portons sur notre nature
et le geste de ne pas oser l’amour.
L’amour ne connaît de limites
que notre peur et notre égoïsme.
Fasse que nous puissions être
éternellement enfants
pour que s’élargisse enfin
la porte lumineuse donnant sur l’univers. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Épanouissement

ÉPANOUISSEMENT

à Jess,

La caresse du vent
tabise le drap de verdure.

Tu dors, sereine,
sous la course des nuages.

Le reflet noir de tes lunettes
me renvoie ce visage connu
que j’accepte enfin.

Je sais qui je suis
et le suis avec toi.

 

Guillaume Riou. Poème publié dans le recueil collectif  Un bout de chemin…, Ed. du Bord du Lot, 2011 et dans Les Citadelles, revue de poésie, n°22, Paris, 2017.

 

ÉpanouissementLa sieste – © Dominique Amendola, Huile sur toile

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Crique

CRIQUE

 

Le soupir des vagues
emporte nos tracas futiles
et le vacarme du monde.

Mon regard s’enfonce
dans l’atmosphère.
Ivresse au roulis de la bulle.

Une sterne découpe
lentement la toile
selon les pointillés du vent.

Je sens battre le bonheur
sous ton maillot ensoleillé
qui brûle mes spirales digitales.

On est si complices
dans l’amour
qu’on s’en amuse en silence.

Profitons de la douce éclipse
pour nourrir nos éternités
de plaisir partagé.

 

Guillaume Riou, été 2009.

 

crique des EmbiezCrique sur l’île des Embiez, près de la pointe du Cougoussa

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

L’isolement – Poème d’Alphonse de Lamartine

Le vers « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. » est gravé dans la mémoire collective. Mais on oublie souvent (moi le premier) de quel poème il est extrait. Il s’agit de « L’isolement » d’Alphonse de Lamartine.

Retiré à Milly, le poète est abattu par la mort de Julie Charles (son « Elvire »), en décembre 1817. Il rédige ce poème mélancolique qui fera partie des 24 publiés en 1820 dans ses premières Méditations poétiques.

portrait d'ElvirePortrait d’Elvire (Julie Charles, née Bouchaud des Hérettes) d’après la miniature d’Elouis – In « Études d’histoire romantique » de Léon Séché Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Paradoxal système – Chanson de Laurent Voulzy

Paradoxal système

PARADOXAL SYSTÈME

 

Car, parce que je pars,
Il y a de l’eau dans ton regard
Mais les pleurs que tu pleures sont inutiles
Car tous les départs
Resserrent les cœurs qui se séparent
Je serai bien que loin de toi,
Tout contre toi

Dans la nuit les trains voyagent
Vers des villes et des visages
Creusant dans nos cœurs
Un écart lourd
Tellement lourd

Plus je m’éloigne et plus je t’aime
C’est le paradoxal système

Car, tous les départs
Resserrent les cœurs qui se séparent
Et les pleurs que tu pleures
Sont inutiles

Car en tous sens,
Attisé par la longue distance,
Je serai bien que loin de toi
Tout contre toi

Plus je monte vers le nord,
Plus notre amour devient fort
Rêveur absent
Je serai comme ça
A cause de toi,
De toi

Plus je m’éloigne et plus je t’aime
C’est le paradoxal système

Car, parce que je pars,
Il y a de l’eau dans ton regard
Mais les pleurs que tu pleures sont inutiles
Car tous les départs
Resserrent les cœurs qui se séparent
Bien que loin, je suis contre toi

 

Laurent Voulzy, in l’album  Caché derrière, 1992.

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Épître amoureuse d’un confiseur – Poème de Joseph Guasco

Parmi les curiosités poétiques que j’ai lues au cours de mes recherches, se trouve un mince fascicule contenant un poème écrit au XIXe siècle par un confiseur cannois du nom de Joseph Guasco.

Épître amoureuse d'un confiseur

Je ne sais quasiment rien de ce commerçant provençal amateur de poésie. Je n’ai retrouvé sur internet qu’une photo d’une boîte de bonbons ancienne qui porte son nom :

Boite Joseph Guasco

Si vous en savez plus n’hésitez pas à laisser un commentaire.  [voyez les commentaires ci-après laissés par l’arrière arrière petite fille de Joseph Guasco]

Ce qui est certain, c’est que je ne pouvais laisser aux oubliettes ce « monologue en vers » qui met en poésie érotisme et sucreries ! Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Pyrolâtrie

PYROLÂTRIE

 

 

Tu rayonnes, Jessica,
aux fibres d’un soleil intérieur.

Tes bluettes scintillent,
m’attisent,
m’embrasent.

Ta lumière effile mon ombre,
l’étire en chemin parcouru.

Et tu me réchauffes aux laves du cœur,
à la fournaise des mots,
au couvert de la peau.

Je suis magma de toi !

Rien, au monde, ne brille davantage
que la flambée de nos minutes partagées.

 

Guillaume Riou

 

PyrolâtrieFire love by Thiago Silva

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr