à Frédérique Arvat,

Sur le parvis de l’opéra Garnier
les orchestres dos à dos
accompagnent Fred
dans sa quête d’orientation.

Pomme en main
elle danse,
interroge l’infini*
sous le regard doré
d’une Renommée sceptique.

 

Guillaume Riou. Poème écrit en 2011.

* geste en forme de symbole infini à faire avec son smartphone pour recalibrer la boussole interne via l’application Google maps.

 

∞ infiniRenommée au pied de L’Harmonie – Sculpture par Charles Gumery (1827-1871) appartenant au groupe en bronze doré L’Harmonie, couronnement gauche de la façade principale de l’opéra Garnier. La Poésie constitue le couronnement droit.

 

 

Clefs : Frédérique Grumel-Arvat | allégorie | Apple iPhone | art | danseuse | divinité | géolocalisation | connecté | geste | lemniscate | mouvement | mythologie | palais Garnier | spiritualité | symbole | téléphone portable | infinity |  Charles-Alphonse-Achille Gumery
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Treize novembre

TREIZE NOVEMBRE

 

Paris, cette nuit,
empeste le sang
des innocents criblés de métal
et des séides ceinturés d’horreur.

 

Guillaume Riou. Poème écrit en novembre 2015 après les attentats de Paris.

Treize novembreAttentats de Paris – Dessin de Tommy Dessine

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Paris battu par les flots, mais ne sombre pas

Paris - Fluctuat nec mergitur Joann SfarCase de Joann Sfar sur son compte Instagram

 

Boomerang du 16 novembre 2015 sur France Inter – Augustin Trapenard reçoit Joann Sfar trois jours après les attentats.

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La Chair de l’Acier – Poème de Jean Le Roy

J’ai découvert le poète Jean Le Roy (1894-1918) grâce au travail d’une association de passionnés d’histoire : Les Amis de Louis Le Guennec. Ces derniers ont remis en lumière ce poète quimpérois oublié en re-publiant cette année ses œuvres dans l’ouvrage « Jean Le Roy, de Quimper aux tranchées. Itinéraire d’un poète oublié. »

Ce breton qui côtoie Cocteau, Apollinaire, Havet, Pach, est fauché au combat en 1918.

La Chair de l’Acier

 

Quand nous sentions nos muscles élastiques
soulevés de plaisir
à marcher sur les trottoirs lisses de Paris,
ou l’été, quand nous nous réjouissions dans l’eau
et quand nous laissions cuire
sur le sable notre peau,
au temps où les membres semblaient
malgré le poids des voûtes bleues, légers,
nous ne connaissions pas encore
la valeur, la fragilité
de la matière dont est bâti notre corps. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Les Citadelles – Revue de poésie

Roger Lecomte et Philippe Démeron m’ont fait l’honneur de publier cinq de mes poèmes dans le dix-septième numéro de la revue annuelle « Les Citadelles ».

Les Citadelles - Revue de poésie

Fondée en 1996, cette revue de poésie met en valeur à la fois des poètes étrangers et des poètes français.

Cette année, Les Citadelles nous invite à suivre Kenneth White dans « Le grand champ de la géopoétique ».
Vous pouvez également y lire des poètes d’Europe et d’Amérique latine : Stefania Asimakopoulou, Ferruccio Brugnaro, William Cliff, Ken Cockburn & Alec Finlay, Eliana Deborah Langiu, Derek Mahon, Rod Mengham, John Montague, Pedro Sin Cerebro, Arnaldo Zambardi.

Une biographie étoffée du poète suédois Tomas Tranströmer vous permet d’en savoir plus sur le prix Nobel de littérature 2011.
Et de nombreux autres poètes contemporains à découvrir…

Sommaire de la revue de poésie Les Citadelles

160 pages de lecture-plaisir pour cette revue de qualité qui met en valeur la(les) poésie(s) et ouvre nos esprits sur les langages poétiques du monde.

Pour vous procurer « Les Citadelles » au prix de 10€, écrivez à :

Philippe Démeron
85 rue de Turbigo
75003 PARIS

ou à cita-revu@yahoo.fr

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Poèmes d’Adrienne Monnier

affiche du printemps des poetes- couleur femme« Couleur Femme » est cette année le thème du Printemps des poètes. Dans ce cadre, je voudrais mettre en lumière les poèmes d’Adrienne Monnier.

Libraire, éditrice et femme de lettres, Adrienne Monnier fut, avec sa compagne Sylvia Beach également libraire, un véritable mécène pour les écrivains. Elle reçoit dans sa librairie « La maison des amis des livres » (au 7 rue de l’Odéon, à Paris (6e arr.)) des auteurs illustres tels que : Valéry Larbaud, Paul Fort, Paul Valéry, Pascal Pia, Jules Romain, Louis Aragon, Ezra Pound, Charles Vildrac, Georges Duhamel, Ernest Hemingway, Jacques Lacan, Francis Scott Fitzgerald, Léon-Paul Fargue, André Gide, Walter Benjamin, Nathalie Sarraute, André Breton, Jacques Prévert.
C’est à elle que l’on doit, entre-autres, la première traduction française de Ulysse de James Joyce.

Je vous invite à découvrir, par trois de ses poèmes, la plume libre d’une intellectuelle libre. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print