Poèmes de Maria Luisa Spaziani

(A GIORNI ALTERNI SONO IO LA LUNA)

 

A giorni alterni sono io la luna
e tu l’immensa terra che mi attira,
e questa nottetu, tu sei la luna
– io ti tengo al guinzaglio –
so che mi stai sognando, mi accarezzi,
i globuli lo sanno del mio sangue,
ogni mio nervo teso come ogni arco
o un’arpa eolia che vibra al respiro.

 

(UN JOUR SUR DEUX C’EST MOI LA LUNE)

 

Un jour sur deux c’est moi la lune
et toi, l’immense terre qui m’attires,
et cette nuit c’est toi la lune
– moi je te tiens en laisse –
je le sais, tu rêves de moi et me caresses,
et les globules de mon sang le savent bien,
et chacun de mes nerfs qui se tend comme un arc
ou la harpe éolienne émue du moindre souffle.

 

Maria Luisa Spaziani, in La traversata dell’oasi, Ed. Arnoldo Mondadori, 2002.

A giorni alterni sono io la luna

 

DOPO LA TEMPESTA

 

Plana da cieli inediti un’aria di gelato.
É il ponte Mirabeau o é l’arcobaleno ?
Prima di Apollinaire lui non c’era nemmeno,
pure conosco un vecchio che prima c’è passato.
La Senna scorre, scorre, perenne liturgia,
acqua come la vita, onda come l’amore.
É la linfa segreta, il più segreto odore
di un angelo inventato da quattrocento penne.

Scorre via e ci porta tranquillamente al diavolo
fra gioie pirotechniche e nebbioso disastri.
Una rosa di sangue fluttua sulla corrente.
Un saluto del ponte al poeta degli astri.

 

APRÈS LA TEMPÊTE

 

Par des cieux inédits plane un parfum de glace.
C’est le pont Mirabeau, ou est-ce l’arc-en-ciel ?
Avant Apollinaire il n’existait pas même,
mais je sais un vieillard qui jadis y passa.

Coule, coule la Seine, en liturgie sans fin,
c’est l’eau telle la vie, l’onde telle l’amour.
C’est la lymphe secrète et plus secrète odeur
d’un ange imaginé par les quatre cent plumes*.

Tranquille elle s’écoule et nous emporte au diable
de joie pyrotechnique en désastre brumeux
Une rose de sang flotte sur le courant
Salutation du pont au poète des astres.

 

Maria Luisa Spaziani, in Transito con catene, 1977

* référence aux 400 écrivains qui, selon Apollinaire, ont fait le mythe de la ville de Paris (note de l’auteur)ex-libris de Maria Luisa Spaziani

 

Clefs : fleuve | rêve érotique
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Une Ville Un Poème

    Merveilleux poèmes de cette grande poétesse italienne si méconnue en France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *