Treize novembre

TREIZE NOVEMBRE

 

Paris, cette nuit,
empeste le sang
des innocents criblés de métal
et des séides ceinturés d’horreur.

 

Guillaume Riou. Poème rédigé en novembre 2015 après les attentats de Paris.

Treize novembreAttentats de Paris – Dessin de Tommy Dessine

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Ground zero

GROUND ZERO

 

Un titan de poussière anthracite
se lève entre les buildings.
Sueur froide à la nuque du monde.

Sous une rafale de Boeing,
les sœurs jumelles tombent.
Agonie rauque et vrombissante.

Boucles d’images.

Interminables semaines :
le brasier ronge leurs carcasses
de chair et de verre.

Les fumées ceignent le bûcher,
laissant poindre des bras métalliques
figés au cratère de l’horreur.

Fosse commune de pierre et de sang :
gisent les os broyés des tours,
jonchés de cendres.

Boue de papiers

Armatures compressées

Plâtres calcinés

Toiles déchiquetées

Cœurs lacérés

 

Guillaume Riou. Poème publié dans le recueil collectif  Un bout de chemin…, Ed. du Bord du Lot, 2011

 

Firefighters at Ground Zero - 2001Ground zero – Photographie de James Nachtwey – 2001

Coll. du musée d’art Currier, Manchester (NH). Sous le titre « Firefighters at Ground Zero »
Fonds d’acquisition Henry Melville Fuller – 2014

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Paris battu par les flots, mais ne sombre pas

Fluctuat-nec-mergitur-Joann-SfarCase de Joann Sfar sur son compte Instagram

 

Boomerang du 16 novembre 2015 sur France Inter – Augustin Trapenard reçoit Joann Sfar trois jours après les attentats.

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Amalgame – Coup de gueule de Sophia Aram dans « Le petit journal » (Canal+)

Amalgame - Sophia Aram

Dans l’émission de Canal+  Le petit journal « spécial Islam » du 26 janvier 2015, Sophia Aram pousse un coup de gueule justifié et pertinent suite à un amalgame de Philippe Tesson sur Europe1 le 14 janvier 2015.

 

« Cher toi, comme toi lorsque je vois des abrutis partant faire le djihad après avoir rencontré Dieu sur Facebook, comme toi lorsque je vois des dindes quittant la France pour aller se faire sauter (au sens propre comme au figuré), comme toi lorsque je vois des blogueurs fouettés au nom de la charia… eh bien, moi aussi, comme toi, je me dis que certains musulmans, ou en tout cas certaines personnes se revendiquant de l’islam, nous les brisent. Elles nous les brisent menues. Elles nous les brisent régulièrement et elles nous les brisent avec application.

Et quand je dis « nous », je pense à tous ces athées qui, comme moi, refusent d’être assimilés à tous ces cons, sous prétexte qu’on partage la même origine, mais je pense aussi à l’écrasante majorité des musulmans, pratiquants ou non, qui refusent que l’on puisse commettre des horreurs au nom de Dieu. Un peu à la manière des chrétiens qui refusent d’être assimilés à ceux qui mènent des actions violentes contre le droit à l’avortement. Je pense aussi à tous ces juifs qui détesteraient être assimilés à ces orthodoxes qui ont craché sur une fillette de huit ans au prétexte que sa jupe n’était pas assez longue.
Je pense à tous ces croyants, qu’ils soient musulmans, chrétiens ou juifs, pour qui la religion est un choix qui n’engage qu’eux-mêmes. Un choix intime. Je pense à tous ces croyants, qui respectent le droit de croire ou non, de pratiquer ou non, le droit de chacun d’aimer qui il veut, voire de l’épouser, et ce, indépendamment de sa préférence sexuelle… finalement, je pense à tous ceux qui refusent d’être assimilés à une minorité d’activistes violents sous prétexte qu’ils ont les mêmes origines, la même religion ou la même culture. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Diagnostic – Poème anti-intégristes

DIAGNOSTIC

 

Le soleil brille par son absence ce matin.
Le temps regimbe,
las de galoper sur les braises humaines.

Sous un divin prétexte,
des vies subissent
les attaques pernicieuses d’un cénacle lefebvriste de Civitas.

Sous un divin prétexte,
des vies brûlent
dans les flammes d’une poignée de salafistes djihadistes.

Sous un divin prétexte,
des vies tremblent
au courroux d’un cercle de sionistes du Betar.

Des groupuscules religieux
fanatiques et déviants
crachent sur tous ceux qui ne leur ressemblent pas.

Monopole de leur foi !

Pureté de leur sang !

Établissement de leur théocratie !

Ils profanent, avilissent,
prêchent la censure et imposent leurs dogmes.

– Regain d’inquisition –

Extrémistes parano-haineux,
dégénérés assoiffés de justice divine,
ils concentrent ce que l’humanité a de plus faible et de plus meurtri,
de plus inconscient et de plus sombre.

Leur salut ne viendra ni du dieu vengeur qu’ils fantasment

ni de leurs divagations prophétiques,

mais au mieux :

d’une bonne intraveineuse de laïcité,

d’un comprimé de tolérance matin et soir,

d’un épais sirop de fraternité

et d’un profond lavement aux essences d’humanisme.

 

Guillaume Riou, décembre 2012.

Diagnostic

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print