Letter from Koblenz (Lettre de Coblence) – Poème de Kenneth White

LETTER FROM KOBLENZ

 

In memoriam Ausonius, latin poet, resident in
4th century Bordeaux (Burdigalia) who made a trip
to Koblenz (Confluentes) and thereafter wrote the
long river-poem Mosella.

 

Here in this confluential town
at the junction of the Rhine and the Moselle
a chill rain running
down the window of the Europa Hotel
I’m reading that old Ausonian poem :
« I had just traversed the Nava
fast-moving through its fog
then iter ingrediens solum
commenced a lonely road… » Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Eating poetry (Manger de la poésie) – Poème de Mark Strand

C’est avec ce poème, trouvé au hasard feuilleté d’un numéro de la revue Europe, que j’ai découvert le poète américain Mark Strand (1934-2014) et son œuvre.

Un poème réunissant la poésie, une bibliothèque et une bibliothécaire ne pouvait que retenir mon attention. Et il s’est avéré, en outre, aussi amusant qu’étrange.

 

EATING POETRY

 

Ink runs from the corners of my mouth.
There is no happiness like mine.
I have been eating poetry.

The librarian does not believe what she sees.
Her eyes are sad
and she walks with her hands in her dress.

The poems are gone.
The light is dim.
The dogs are on the basement stairs and coming up. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Enivrez-vous – Poème de Charles Baudelaire

ENIVREZ-VOUS

 

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Ground zero

GROUND ZERO

 

Un titan de poussière anthracite
se lève entre les buildings.
Sueur froide à la nuque du monde.

Sous une rafale de Boeing,
les sœurs jumelles tombent.
Agonie rauque et vrombissante.

Boucles d’images.

Interminables semaines :
le brasier ronge leurs carcasses
de chair et de verre.

Les fumées ceignent le bûcher,
laissant poindre des bras métalliques
figés au cratère de l’horreur.

Fosse commune de pierre et de sang :
gisent les os broyés des tours,
jonchés de cendres.

Boue de papiers

Armatures compressées

Plâtres calcinés

Toiles déchiquetées

Cœurs lacérés

 

Guillaume Riou. Poème publié dans le recueil collectif  Un bout de chemin…, Ed. du Bord du Lot, 2011

 

Firefighters at Ground Zero - 2001Ground zero – Photographie de James Nachtwey – 2001

Coll. du musée d’art Currier, Manchester (NH). Sous le titre « Firefighters at Ground Zero »
Fonds d’acquisition Henry Melville Fuller – 2014

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Blues – Poème de Wystan Hugh Auden

J’ai découvert récemment le poète américain d’origine britannique Wystan Hugh Auden (1907-1973), par la lecture de Blues donnée par Daniel Lévy au château de l’Échelle à La Roche sur Foron (74) en décembre dernier.

 

Ces vers grinçants abordent l’oppressante question de notre immuable destin : la Mort. Je trouve ce poème plus original et moderne que Funeral blues rendu célèbre par le film 4 mariages et 1 enterrement.

Le voici, suivi de sa traduction en français :

BLUES
(for Hedli Anderson)

 

Ladies and gentlemen, sitting here,
Eating and drinking and warming a chair.
Feeling and thinking and drawing your breath,
Who’s sitting next to you ? It may be Death. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Auguries of innocence (Augures d’innocence) – Poème de William Blake

Auguries of innocence est un des poèmes les plus célèbres du poète britannique William Blake (1757-1827). Les 4 premiers vers sont les plus connus, mais on trouve rarement la totalité du texte.

Le voici donc, suivi de sa traduction française par Pierre Boutang (seule traduction complète que j’ai trouvée…) :

AUGURIES OF INNOCENCE

 

To see a world in a grain of sand
And a heaven in a wild flower,
Hold infinity in the palm of your hand
And eternity in an hour.

A robin redbreast in a cage
Puts all heaven in a rage.
A dove-house filled with doves and pigeons
Shudders hell through all its regions. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print