La poussière du jour – Poème d’Albert Lozeau

La poussière du jour

 

La poussière de l’heure et la cendre du jour
En un brouillard léger flottent au crépuscule.
Un lambeau de soleil au lointain du ciel brûle,
Et l’on voit s’effacer les clochers d’alentour.

La poussière du jour et la cendre de l’heure
Montent, comme au-dessus d’un invisible feu,
Et dans le clair de lune adorablement bleu
Planent au gré du vent dont l’air frais nous effleure.

La poussière de l’heure et la cendre du jour
Retombent sur nos cœurs comme une pluie amère,
Car dans le jour fuyant et dans l’heure éphémère
Combien n’ont-ils pas mis d’espérance et d’amour !

La poussière du jour et la cendre de l’heure
Contiennent nos soupirs, nos vœux et nos chansons ;
À chaque heure envolée, un peu nous périssons,
Et devant cette mort incessante, je pleure
La poussière du jour et la cendre de l’heure…

 

Albert Lozeau (1878-1924), in Le miroir des jours, , Imprimerie du Devoir, Montréal, 1912.

 

La poussière du jour - Gnomon Plaza Santa-EulaliaCadran solaire « La jeune fille et la mort » sur un édifice de la place Santa-Eulalia, Palma de Majorque.
« CADA HORA FER, SA DARRERA MATA »
autrement dit : « Toutes les heures blessent, la dernière tue. » (vulnerant omnes ultima necat)

 

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *