Mue

MUE

La mue tombale
révèle le charbon intime.

La mort accompagne
le tissu des chairs
pour éclore au bout du quai.

Ainsi le passeur reconnaît les siens.

Guillaume Riou, in le livre d’artistes Mue, Ed. Index, 2013.
Poème écrit en 2009, inspiré du raku « Main en mutation » de l’artiste Heurtebise.

Mue

Main en mutation, raku d’Heurtebise


Clefs : Nadine Foussadier (Heurtebise) | raku-yaki | mythe funéraire | Égypte antique | changer de peau | inspiration | dialogue des arts
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *