Coquillages et caleçon de bain – Farces poétiques de Pierre Desproges

Fervent amateur de littérature, Pierre Desproges (1939-1988) maniait le verbe avec talent, au service du comique et du cinglant.
Il savait aussi s’en moquer.

coquillages caleçon de bain(Source de l’image)

J’ai retrouvé sur le site de l’Ina deux intermèdes d’une émission d’Antenne 2 diffusée en 1979 : « Sacha Distel à Monte-Carlo » . On y découvre, au large des côtes, un bateau de plaisance sur lequel Desproges porte en dérision la poésie et les poètes.
Sous ses airs de touriste nonchalant, il drape dans ses rimes maladroites et ses poncifs une satire du poète vertueux qui se prend au sérieux.

La poésie a trouvé là un moqueur à sa mesure.

LES COQUILLAGES

 

Ah, j’aime bien pêcher les moules et les rascasses !
On en trouve parfois en cherchant dans la mer.
Alors qu’en montagne, il y en a pas des masses.
Voit-on sur le Mont-Blanc des moules marinières ?

Ah, certes non bien sûr… la moule aime trop le varech
Pour suivre Pierre Mazeaud sur les sommets là-haut !
Ah, ben oui, c’est comme ça, va falloir faire avec.
Il faut vivre sans moules, surtout si t’es maso.

Ah, jolis coquillages, il y en a des verts.
Ah, jolis coquillages, il y en a des jaunes.
Ah, jolis coquillages, il y en a des blanc-verts.
Ah, jolis coquillages, il y en a des vert-jaunes.

J’en ai la gorge sèche et le gosier amer
Donne-lui tout de même à boire, dis, ma praire.

 

Pierre Desproges, in l’émission Sacha Distel à Monte-Carlo du 6 septembre 1979, Antenne 2, enregistrée au Monte-Carlo sporting club de la Société des bains de mer.


(Source)

 

Ô TOI, CALEÇON DE BAIN !

 

Ô toi, caleçon de bain ! Toi qui cache aux regards
Tant de choses et de trucs et de machins blafards.
Ô toi, gardien sacré des pudeurs vacancières !
Avec toi on voit rien, ni devant, ni derrière.

Sans son caleçon de bain, que reste-il de l’homme ?
Un animal pervers comme ces gens de Sodome
Dont je tairai ici les idylles perverses
Qu’ils nouèrent par beau temps et même sous l’averse.

Et que dire de ces femmes obscènes et sans vertus
Qui montrent sur nos plages leurs poitrines et… [tout ça]
Au risque de faire fuir les moules et les oursins
Je ne saurais le voir madame, cachez ce sein !

Ô toi, caleçon de bain ! Toi qui cache aux regards
Tant de choses et de trucs et de machins blafards
Ô toi, gardien sacré des pudeurs vacancières !
Avec toi on voit rien, ni devant, ni derrière.

 

Pierre Desproges, in l’émission Sacha Distel à Monte-Carlo du 6 septembre 1979, Antenne 2, enregistrée au Monte-Carlo sporting club de la Société des bains de mer.


(Source)

image_pdfimage_print
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.