Coquillages et caleçon de bain – Farces poétiques de Pierre Desproges

Fervent amateur de littérature, Pierre Desproges (1939-1988) maniait le verbe avec talent, au service du comique et du cinglant.
Il savait aussi s’en moquer.

coquillages caleçon de bain(Source de l’image)

J’ai retrouvé sur le site de l’Ina deux intermèdes d’une émission d’Antenne 2 diffusée en 1979 : « Sacha Distel à Monte-Carlo » . On y découvre, au large des côtes, un bateau de plaisance sur lequel Desproges porte en dérision la poésie et les poètes.
Sous ses airs de touriste nonchalant, il drape dans ses rimes maladroites et ses poncifs une satire du poète vertueux qui se prend au sérieux.

La poésie a trouvé là un moqueur à sa mesure.

LES COQUILLAGES

 

Ah, j’aime bien pêcher les moules et les rascasses !
On en trouve parfois en cherchant dans la mer.
Alors qu’en montagne, il y en a pas des masses.
Voit-on sur le Mont-Blanc des moules marinières ? Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Houriah (حرية) – Poème de Maram al-Masri

Houriah

La présentatrice trop maquillée
demande à l’enfant accroupi :
Qui est cette femme allongée dans son sang
près de toi ?
L’enfant répond :
Ma mère.

La présentatrice de la télévision regarde la caméra
en souriant Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Overdose

OVERDOSE

 

Homo-mediatico

survoltés,

shootés aux images,

accoutumés aux chocs émotionnels,

nous nous laissons piéger
par l’attrait
du frisson de l’instant.

Or, la pulsion
est un stupéfiant
qui meurtrit l’analyse.

– En sniffant l’actualité à chaud
on se brûle la raison –

Loin des raccourcis haineux,
trouvons les mots justes
pour concevoir le monde
au sang froid de nos réflexions.

L’histoire, qu’à la sueur de nos vies
nous façonnons tous et chacun,
ne reste sensée
que si l’on se remet de nos intoxications.

 

Guillaume Riou. Poème rédigé en avril 2012.

 

overdose - On vous intoxique« On vous intoxique »
Affiche, 71 x 82 cm – Atelier populaire n°3 [Arts décoratifs]
BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3892

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

À la Une – Chanson de Jean Ferrat

Tout le monde connait les chansons les plus célèbres de Jean Ferrat : Aimer à perdre la raison, Nuit et brouillard, etc ; mais À la Une fait partie des moins populaires.
Elle est pourtant très bien vue et reste, malheureusement, d’actualité.

À la Une

Voici donc un petit bijou du poète engagé :

À LA UNE

 

C’est une émission formidable
Sur les problèmes de société
Où des héros et des minables
Vous parlent en toute liberté.
Sont-ils victimes ? Sont-ils coupables ?
Ce soir voici pour commencer
Quelques racketteurs redoutables
Qui font la sortie des lycées.
Ils vont pour vous se mettre à table,
À condition d’être masqués,
Un témoignage inoubliable,
Un grand moment de vérité.

Ce soir, ce soir
Après La roue de la fortune
Les racketteurs, les racketteurs
Sont à la Une

C’est une émission fantastique
Où vous avez un rôle à jouer,
Un rôle moral, un rôle civique
Pour nous aider à retrouver
Tous ceux dont on est sans nouvelles
Disparus, volatilisés,
Ce soir je vous lance un appel
Vous seuls pouvez nous renseigner !
Dans quels bas-fonds la malheureuse
A-t-elle un jour pu s’égarer ?
À quelles manœuvres très douteuses
A-t-elle fini par se livrer ?

Ce soir, ce soir
Après La roue de la fortune
La main d’ma sœur, la main d’ma sœur
Est à la Une

C’est une émission fracassante
Sur les tréfonds d’la société,
Une tranche de vie saignante
Que vous ne pouvez pas manquer.
Un homme qui a payé sa dette,
Vingt ans de prison mérités,
Reconstituera en direct
Le crime qu’il a perpétré.
Tout ce qui s’passait dans sa tête,
Combien de fric il a touché
En appuyant sur la gâchette
Pour refroidir un député.

Ce soir, ce soir
Après La roue de la fortune
Les assassins, les assassins
Sont à la Une

C’est une série faramineuse
De grands débats télévisés,
De controverses fabuleuses,
De face à face sans pitié
Entre qui saigne et qui charcute,
Entre bourreaux et torturés,
Entre un ripou et une pute,
Un délateur, un dénoncé
Entre un para et un fellouze,
Entre un violeur et des violées
Et puis, comme une apothéose,
Entre SS et déportés.

Ce soir, ce soir
Après La roue de la fortune
Un PAF obscène, un PAF obscène
Est à la Une

Jean Ferrat, in l’album Dans la jungle ou dans le Zoo, 1993.

 


Jean Ferrat – À la Une

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

PAF – Poème satirique

Navrante télévision… . Au menu, en cette période de fêtes de fin d’année : chapelet de bêtisiers, choucroute de variétés et hachis de jeux abrutissants.
Depuis quelques temps en effet,  nous ne pouvons que déplorer l’état misérable de notre Paysage télévisuel Français. Je me vois même dans l’obligation de dresser au palmarès de mes dépenses inutiles 2009 : la redevance audiovisuelle et la consommation électrique du téléviseur.

Ce triste constat me rappelle qu’il y a 1 an, à la même période, j’écrivais ceci :

 

PAF

 

Gare au meuble du salon !
Écran de Pandore
Grand casino visuel
Vecteur d’insanités

Âneries
Violences
Publicités
Anesthésiant cocktail
Filet tendu dans les foyers.

Jet d’icônes acide au cœur des cortex
Télé ir-réalité voyeuse
Jeux niais
Docus menteur…

On maintient le bovin zappeur
Lové dans son cuir tanné,
Addict au sentiment d’Insécurité latente
Doses de fiction inséminées !

Les légions d’animateurs surpayés… bouffons modernes,
Complices ou contraints,
Brandissent des sceptres de futilité.

Amuser le consommateur !
Le rendre accro !
Lui braquer du « temps de cerveau humain disponible »
Pour le vendre aux grises éminences,
Aux évidés du pouvoir et du marché.
Politique-ment correct, certes… mais culturellement ?

Téléspectateur à la critique moribonde
Tu peux gagner à faire du tri
Dans cette soupe quotidienne.

Détourne un peu l’oreille, aux heures de grande écoute,
Et prends de la distance
Avec l’écran petit qui germe de l’ombre.

 

Guillaume Riou

 

PAF - écrans de télévision

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print