Putain si ça revient – Chanson de No One Is Innocent

Putain si ça revientMarine et Jean-Marie Le Pen en avril 2015 (REUTERS/Pascal Rossignol)

 

Putain si ça revient

 

Retour de flamme, avis de tempête
Le pyromane tient l’allumette
Retour de flamme sur le bulletin
Et 2002 n’est pas si loin
Il paraît que tout va bien
Le changement, c’est pour demain
Faut conquérir et reconquérir
Et peu importe le moyen

Elle était belle en bas résille
Elle allait charmer les serpents
Aujourd’hui l’Europe est une vieille fille
Qui s’offre, facile, aux plus offrants
Jusqu’ici tout va bien
Les frontières c’est pour demain
Retour de la sainte morale
On nous prédit le retour de l’ordre total
Si ça revient

T’as le droit de rien dire, de laisser aller
De pas bouger, de rien penser
Mais y faudrait pas qu’on laisse courir
La mécanique du pire
Mais putain, si ça revient

La maladie se porte bien
Y’a toujours pas le bon vaccin
Où sont passés les canadairs ?
Pour étouffer les incendiaires
Les sales idées ont toujours faim
Pour flatter les bas instincts
Pendant l’orage, gardons le poing
Toujours à portée, toujours à portée de la main.

Méfie-toi du chant de la sirène
Derrière la belle se cache la hyène
Alors y faudrait pas qu’on aille courir
Derrière la tentation du pire
Si ça revient
Mais putain si ça revient…

Un deuxième 21 avril
Après le père, voilà la fille

 

No One Is Innocent, in l’album Propaganda, Verycords, 2015.
Texte de Kemar Gulbenkian et Emmanuel De Arriba, présent dans le livret.

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Houriah (حرية) – Poème de Maram al-Masri

Houriah

La présentatrice trop maquillée
demande à l’enfant accroupi :
Qui est cette femme allongée dans son sang
près de toi ?
L’enfant répond :
Ma mère.

La présentatrice de la télévision regarde la caméra
en souriant Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Tibet secret – Poème de Woeser (ཚེ་རིང་འོད་ཟེར་)

Face à ce qui se passe actuellement au Tibet, je voudrais rendre hommage à une femme tibétaine, poétesse exceptionnelle. Née en 1966, Tsering Woeser (ཚེ་རིང་འོད་ཟེར་) est éduquée sous l’égide du Parti chinois où son excellence fut très tôt détectée et louée.

En 2003 elle publie, en chinois, une compilation de 38 nouvelles, « Notes on Tibet », chez un éditeur indépendant du Guangzhou, qui lui valent d’être aussitôt dépossédée de tous les honneurs dont on l’avait comblée (salaire, logement…).

Chassée de son « Unité de travail » et forcée à un exil à… Pékin ; C’est de là qu’elle envoie, aux occidentaux que nous sommes, un long et bouleversant poème, Secret Tibet, écrit en chinois et désormais traduit en anglais, puis en français !

Tibet secret

Le courage de cette femme menacée et la juste cause qu’elle défend m’incitent à mettre en ligne ci-après son poème (suivi de la traduction anglaise) : Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print