Soies – Poème d’Hubert Nyssen

SOIES

 

 

Je te supplie, déploie ce soir
toutes tes soies, des plus palpables
aux plus secrètes, des plus souples
à celles, un rien râpeuses et pareilles
aux petits vins que tu préfères,
lève ces soies comme tu lèverais
le soupçon du délire, lève-les
pour mon plaisir de cartographe
amoureux des ruisselets bleutés
qui courent sous tes tempes et
sillonnent, je le devine, la rondeur
de tes seins et celle de tes cuisses
dans l’ombre où ils vont irriguer
d’autres soies que j’effleurerai
à la faveur du rêve, des soies
dont le très discret crissement
réveillera les fièvres et les orages
d’un temps où j’eus ton âge,
en ton absence d’avant naître.

 

Hubert Nyssen (1925-2011), in Eros in trutina, Ed. Leméac / Actes Sud, 2005

SoiesDessin de Thérèse Brassard (1926-2008)
– Illustration du recueil Eros in trutina –

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.