La nuit d’Audierne – Poème de Philippe Démeron

La nuit d’Audierne

1

Soldats de la nuit pélagienne
sombres guerriers bardés de brumes
combattrons-nous le jour venu
votre cohorte élyséenne
envahisseurs sanglés d’écume
amoureux de fleurs noires et de mésaventures
galériens sans pardon de hauts-fonds et d’abysses
pourquoi sous vos mâtures
ornées de blêmes amertumes
guidez-vous sans repos nos timons aux supplices ?

2

Marins des nuées éoliennes
vifs matelots hissés aux hunes
saluerons-nous de mains tendues
votre gabare au port d’Audierne
blonds écumeurs gréés d’azur
rameurs sans pénitence et goûteurs de fortunes
amateurs de querelles et de filles à boire
à travers vos voilures
trouées de vertes déchirures
absolvez nos chagrins et bénissez nos soirs !

 

Philippe Démeron, in la revue de poésie Les Citadelles n°3, Paris, 1995.

 

La nuit d'Audierne

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *