Je t’adore mon Lou – Poème de Guillaume Apollinaire

Dans ses Poèmes à Lou, Guillaume Apollinaire met en vers son amour pour Louise de Coligny-Châtillon. Immergé en tant que soldat au cœur de la Grande Guerre, le poète exprime à travers le sentiment d’amour ses espoirs, ses peurs, ses doutes et ses fantasmes. D’une certaine façon, on peut penser qu’il trouve par l’écriture la force de résister à l’horreur.
Les mots sont forts et les métaphores souvent crues, à l’image du contexte terrifiant de guerre où ils ont été écrits.

Voici mon poème à Lou préféré :

 

Je t’adore mon Lou et par moi tout t’adore
Les chevaux que je vois s’ébrouer aux abords
L’appareil des monuments latins qui me contemplent
Les artilleurs vigoureux qui dans leur caserne rentrent
Le soleil qui descend lentement devant moi
Les fantassins bleu pâle qui partent pour le front pensent à toi.
Car, ô ma chevelure de feu, tu es la torche
Qui m’éclaire ce monde et, flamme, tu es ma force

Dans le ciel les nuages
Figurent ton image
Le mistral en passant
Emporte mes paroles
Tu en perçois le sens
C’est vers toi qu’elles volent
Tout le jour nos regards
Vont des Alpes au Gard
Du Gard à la Marine
Et quand le jour décline
Quand le sommeil nous prend
Dans nos lits différents
Nos songes nous rapprochent
Objets dans la même poche
Et nous vivons confondus
Dans le même rêve éperdu.
Mes songes te ressemblent

Les branches remuées ce sont tes yeux qui tremblent
Et je te vois partout toi si belle et si tendre.
Les clous de mes souliers brillent comme tes yeux
La vulve des juments est rose comme la tienne
Et nos armes graissées c’est comme quand tu me veux
Ô douceur de ma vie, c’est comme quand tu m’aimes.

L’hiver est doux, le ciel est bleu,
Refais-me le, refais-me le
Toi ma chère permission
Ma consigne, ma faction,
Ton amour est mon uniforme
Tes doux baisers sont les boutons
Ils brillent comme l’or et l’ornent
Et tes bras si roses si longs
Sont les plus galants des galons

Un monsieur près de moi mange une glace blanche
Je songe au goût de ta chair et je songe à tes hanches
À gauche lit son journal une jeune dame blonde
Je songe à tes lettres où sont pour moi toutes les nouvelles du monde
Il passe des marins, la mer meurt à tes pieds
Je regarde ta photo, tu es l’univers entier
J’allume une allumette et vois ta chevelure
Tu es pour moi la vie cependant qu’elle dure
Et tu es l’avenir et mon éternité
Toi mon amour unique et la seule beauté.

 

Guillaume Apollinaire, in Œuvres poétiques, Ed. Gallimard, 1965.
Huitième poème des Poèmes à Lou, écrit à Nîmes le 10 janvier 1915.

 

Je t'adore mon Lou
Le rêve du poilu de José Bes, sculpté en 1916

 

 

 

Clefs : Grande guerre | 1914-1918 | manque | déclaration
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. « LOU »
    par Patrick Aspe.

    Lou
    dans l’immense quiétude des silences
    seule
    fragile Lou
    tu regardes le passage des ombres
    pour te faire une raison
    et délicatement
    ferme toi sur toi
    pour grandir
    humble et lumineuse
    par la vision des « autres »
    femme fière
    du devenir des mots dans l’image des rêves
    joie du partage
    joie des échanges
    nous sommes là pour donner à voir
    donner à prendre
    « oeil ouvert »
    sur notre infini
    fragile et fière
    pierre d’angle
    pierre perdue
    dans l’air des sables et des éponges lointaines
    le peintre passe et dresse son pinceau
    face aux couleurs des rêves
    dans un champ de coquelicots
    quand la « Topaze » se fond dans les coeurs
    je dois me taire
    rien à dire
    seul compte la sensation flamboyante des mots rares
    comme une image pour le partage…
    Lou s’en va
    libre d’être là
    parmi les passagers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *