The kiss – Chanson de Judee Sill

Je vous invite à écouter et lire cette chanson, qu’on m’a récemment conseillée dans un commentaire de l’article « La saison dé – Texte poétique de Michel Guillou. »

J’ai découvert à cette occasion Judee Sill (1944-1979). Intéressez-vous à sa (trop courte) vie, à son parcours et vous comprendrez d’où provient la fascinante mélancolie qui émane de ses chansons :

The kiss - Judee Sill

 

THE KISS

 

Love, risin’ from the mists
Promise me this and only this
Holy breath touchin’ me
Like a wind song
Sweet communion of a kiss
Sun, siftin’ thru the grey
Enter in, reach me with a ray
Silently swoopin’ down
Just to show me
How to give my heart away

And once a crystal choir
Appeared while I was sleepin’ and called my name
And when they came down nearer
Sayin’, « Dyin’ is done »,
Then a new song was sung
Until somewhere we breathed as one

Stars, burstin’ in the sky
Hear the sad nova’s dyin’ cry
Shimmerin’ memory
Come and hold me
While you show me how to fly

Sun, siftin’ thru the grey
Enter in, reach me with a ray
Silently swoopin’ down
Just to show me
How to give my heart away

And lately sparklin’ hosts
Come fill my dreams descendin’ on firey beams
I’ve seen ’em come clear down
Where our poor bodies lay
Soothe us gently and say,
« Gonna wipe all your tears away »

Love risin’ from the mists
Promise me this and only this
Holy breath touchin’ me
Like a wind song
Sweet communion of a kiss…

 

Judee Sill, in l’album Heart food, 1973

 

 

LE BAISER

 

Amour, s’élevant des brumes,
promets-moi ceci et seulement ceci
Que le souffle sacré me touche
comme un chant du vent,
douce communion d’un baiser

Soleil, flirtant à travers le gris,
entre et atteins-moi d’un rayon
tombant qui s’évanouirait en silence
Juste pour me montrer
comment faire don de mon cœur

Et arriva un chœur cristallin,
apparut pendant mon sommeil pour m’appeler de mon nom
Et lorsqu’il descendit et s’approcha
en disant : « Le temps de mourir est passé »,
un nouveau chant fut alors chanté
jusqu’à ce que quelque part nos souffles s’unissent

Étoiles, éclatant dans le ciel,
entendez le cri de mort de la triste nova,
souvenir chatoyant.
Venez me soutenir
alors que vous m’apprenez à voler

Soleil, filtrant à travers le gris
entre et atteins-moi d’un rayon
tombant qui s’évanouirait en silence
Juste pour me montrer
comment faire don de mon cœur

Et plus tard hôtes étincelants
venez combler mes rêves, descendez sur des rayons ardents
Je les ai vus tomber dans leur clarté
là où gisent nos pauvres corps
Apaisez-nous doucement et dites :
« Nous allons essuyer vos larmes »

Amour, s’élevant des brumes,
promets-moi ceci et seulement ceci
Que le souffle sacré me touche
comme un chant du vent
douce communion d’un baiser

 

Judee Sill, in l’album Heart food, 1973. Tentative de traduction ouverte à toutes corrections… .

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *