TGV 6951

TGV 6951

Les vitres
teintées au marc de la nuit
reflètent nos corps assis.

Ou… seraient-ce les wagons spectraux
de nos trains parallèles ?

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°21, Paris, 2016.

TGV 6950

Photographie par James Simmons

TGV 6951 – Poème lu par l’auteur, avril 2020

Clefs : Train Grande Vitesse | vitre | reflet | mondes parallèles | effet miroir
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *