Sprache (Langue) – Poème de Martin Heidegger

Sprache

Wann werden Wörter
wieder Wort ?
Wann weilt der Wind weisender Wende ?

Wenn die Worte, ferne Spende,
sagen —
nicht bedeuten durch bezeichnen —
wenn sie zeigend tragen
an den Ort
uralter Eignis,
— Sterbliche eignend dem Brauch —
wohin Gelaut der Stille ruft,
wo Früh-Gedachtes der Be-Stimmung
sich fügsam klar entgegenstuft.

Martin Heidegger (1889-1976), in Cahier Heidegger, Ed. de L’Herne, 2016.
Poème écrit en 1972.

Sprache - Arbre à paroles
Arbre formé par les mots clés liés à la Journée européenne des Justes du 6 mars 2017 – Calligraphie de Marta Mapelli.

Langue

Quand les mots se feront-ils
de nouveau parole ?
Quand le vent sera-t-il levé d’un tournant dans le signe ?

Lorsque les paroles, lointaine largesse,
diront —
sans qualifier pour donner sens —
lorsque montrant elles mèneront
au lieu
d’immémoriale convenance,
— rendant les mortels à l’Usage convenant —
là où le chœur du silence appelle,
où le matin de la pensée, vers l’unisson,
en docile clarté se hausse.

Martin Heidegger, in Cahier Heidegger, Ed. de L’Herne, 2016.
Traduit par Roger Munier.


Clefs : philosophe allemand | linguistique | sagesse
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    pouvez-vous m’expliquer le lien entre ce calligramme qui semble écrit en anglais et peut-être en français ave le poème d’Heidegger ?
    Quel est l’auteur du calligramme ?
    Merci de vos réponses !

    • Bonjour,

      J’ai choisi cette image pour illustrer le poème d’Heidegger sur le langage.

      Cet arbre à paroles me semble assez parlant. Il comporte des mots dans plusieurs langues, suggérant ainsi leur diversité : comme dans cet article où je mets le poème dans sa langue d’origine et traduit en français.

      L’arbre revêt une symbolique intéressante dans cette image : c’est un être vivant de langues vivantes. Il y a aussi la dynamique du mouvement suggérée par l’essor des branches linguistiques : le tronc placé au dessus du titre du poème « Langue » fait penser au terreau de la langue qui nourrit les mots, les paroles.
      Les mots superposés et de différentes tailles pour constituer la ramure m’évoquent des discussions, dialogues, discours.

      Enfin je trouve cette image assez esthétique.

      Grâce à votre commentaire, je réalise que je n’avais pas indiqué la source. C’est chose faite.
      Il s’agit d’une calligraphie de Marta Mapelli, réalisée lors de la Journée européenne des Justes du 6 mars 2017.

      Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *