Poème de Francesca Yvonne Caroutch

Toi mon sosie dans l’art d’aimer
Indécence de contempler ton sommeil
Sous les résineux hébétés de bonheur
Tu m’enveloppes comme un voile de chaleur
Volupté de l’absence poignante
Fièvre de rencontre
Dans les aromates de la passion

Nous dévorer l’un l’autre
Comme quartiers de lune
Sous le grand artificier en transe

 

Francesca Yvonne Caroutch, in Clameurs nomades, Ed. du Cygne, 2009.

 

Francesca Yvonne Caroutch - art d'aimer

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *