Les plus belles lettres – Chanson de Da Silva


les plus belles lettresLes feuilles volantesSarah Ann Loreth

LES PLUS BELLES LETTRES

Tu reviens dans le parc, je ne t’attendais plus
Tu reviens sur le lac à la fin de l’été
Tu embarques sous mes yeux
En eau trouble, en eau trouble
Rien ne cède, rien ne coule depuis toutes ces années

Je préfère les rivières aux étendues salines
La violence des courants et le lit qui déborde
J’ai passé tant d’années dans l’ombre à t’aimer
Si je tremble c’est qu’aujourd’hui je vais jeter

Au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

Allez, au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

Je ne regrette rien, à l’usure, à l’usure
Je n’attendais plus rien des jours avec toi
Si l’amour nous quitte sans jamais nous saluer
Nous n’avons jamais su l’embrasser

Et ce ciel nous oublie quand il n’y a plus de jour
Et ce ciel nous oublie quand il n’y a plus de nuit
Que deviennent nos prières et nos promesses passées
Si je tremble c’est qu’aujourd’hui je vais jeter

Au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

Allez, au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

 

Da Silva, in l’album La tendresse des fous, 2009.

 


DA SILVA « Les plus belles lettres »

 

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *