Paul Vincensini et la poésie

LE MOT – LA PAGE

 

La Page.  Viens te rouler dans ma neige.
Le Mot.  Cela me gêne. Je n’ai pas de dos.
La Page.  Viens donc te poser sur moi.
Le Mot.  Je n’ai pas de peau, pas de poids.
La Page (qui n’y tient plus).  Perds-toi en moi !
Le Mot (qui ne demande pas mieux, mais qui tient, avant tout, à avoir le dernier mot).  Fondons ensemble comme flocon dans l’eau !

Rideau d’eau

 

Paul Vincensini, in Visages des mots : soixante portraits d’écrivains en Rhône-Alpes, Ed. Manufacture, Lyon, 1985.

 

Paul Vincensini

 

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *