Houriah (حرية) – Poème de Maram al-Masri

Houriah

La présentatrice trop maquillée
demande à l’enfant accroupi :
Qui est cette femme allongée dans son sang
près de toi ?
L’enfant répond :
Ma mère.

La présentatrice de la télévision regarde la caméra
en souriant
— Qui est cet homme allongé dans son sang
près de toi ?
L’enfant répond :
Mon père.

La présentatrice de la télévision d’État, fière d’elle :
— Et ce bébé ?
— Ma sœur.
Elle s’appelle Houriah*.

Elle est née hier.

 

Maram al-Masri, in Elle va nue la liberté, Ed. Bruno Doucey, Coll. L’autre langue, 2013.

* Houriah : liberté.

 

morts à Alep - 2014Corps de civils dans le quartier de Hanano à Alep, après le largage de barils d’explosifs
par les hélicoptères de l’armée syrienne le 4 février 2014
[Mohammed Wesam / Alep media center/AFP]

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *