Faux-calme

Faux-calme

 

L’atmosphère pue,
lourde et moite.

La voûte menace
de s’effondrer.

Mes eaux bouillent
Mes atomes vibrent
Mes fibres s’embobinent

Les mâchoires de ma colère
tondent ce qu’il me reste de raison.

Poings fermés,
dans mon propre abandon,
je m’en remets à mes remous.

Le tonnerre, brutal,
déchire mes tourments…
et la pluie sur mes joues
apaise enfin mes Pur-sang intérieurs.

 

Guillaume Riou

 

Faux-calme

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Du haut de mon écran je découvre le remous de tes émotions si bien décrites

    Ce qui me donne envie de continuer ma promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *