Épître amoureuse d’un confiseur – Poème de Joseph Guasco

Parmi les curiosités poétiques que j’ai lues au cours de mes recherches, se trouve un mince fascicule contenant un poème écrit au XIXe siècle par un confiseur cannois du nom de Joseph Guasco.

Épître amoureuse d'un confiseur

Je ne sais quasiment rien de ce commerçant provençal amateur de poésie. Je n’ai retrouvé sur internet qu’une photo d’une boîte de bonbons ancienne qui porte son nom :

Boite Joseph Guasco

Si vous en savez plus n’hésitez pas à laisser un commentaire.  [voyez les commentaires ci-après laissés par l’arrière arrière petite fille de Joseph Guasco]

Ce qui est certain, c’est que je ne pouvais laisser aux oubliettes ce « monologue en vers » qui met en poésie érotisme et sucreries !

ÉPÎTRE AMOUREUSE
D’UN CONFISEUR

 

À mon ami Henry Grézoux.

Comme un gourmand fieffé contemple un pain d’épice,
Je regarde, joyeux, tes cheveux de réglisse.
Tes yeux marrons glacés, ton nez bonbon fondant
Ornent avec faveur ton minois séduisant.
Tes dents sucre candi, ta lèvre de praline
Et ton menton sucré, te donnent bonne mine.
Ton épaule nougat, tes bras de caramel
Feront de ton époux le plus heureux mortel.
Les deux beaux fruits confits qui parent ta poitrine
Sont plus riches cent fois que ceux de ma vitrine.
Tes oreilles citron sont en pâte de coing ;
On est toujours tenté d’en mordre un petit coin !
Ton cœur n’est pas sorbet, mais ta peau couleur crème
Me plonge, en la voyant, dans un délire extrême.
Chaque fois que j’entends les accents de ta voix,
J’ose les comparer au miel de premier choix.
Bien des fois je dirais, sans que ma lèvre mente,
Que ta bouche répand un parfum à la menthe.
Ton regard langoureux est rempli de douceur,
Et t’épouser, Suzon, ce serait mon bonheur.
Trônant à mon comptoir, au fond de la boutique,
Ta superbe beauté séduira la pratique.
Et les gourmets heureux en mangeant des croquants
Dévoreront… des yeux tes appas provocants ;
Ton corps majestueux, vrai gâteau de Savoie,
S’étalera brillant dans l’or et dans la soie.
Bref, l’heureux magasin de Madame Ledoux
Des gourmands attitrés sera le rendez-vous.

 

Joseph Guasco, in Épître amoureuse d’un confiseur, Imp. Blanc & Bernard, Marseille, 1882.

 

Épître amoureuse d'un confiseur

 

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

9 Commentaires

  1. Merci de votre réponse.

    Bien entendu je ferai mention de la provenance, comme je le fais toujours.

    Bien à vous et bonne continuation. Cordialement.

  2. Délicieuse (!) trouvaille, bravo !

    (J’aimerai vivement en prendre copie et publier ce poème sur Nuageneuf. En convenez-vous ? – Par avance, merci !)

    • Oui, vous pouvez tout à fait le copier et le publier sur Nuageneuf.
      Plus on partage le patrimoine culturel, mieux c’est !

      Merci de préciser la source en mettant un lien vers mon blog.

      Bien cordialement

  3. Bonjour,
    Je viens de tomber par hasard sur la publication de ce poème et il se trouve que l’auteur est mon arrière grand père. Ou avez-vous trouvé cet écrit ?
    Cordialement
    Caroline

    • Bonjour,
      J’ai acheté ce fascicule ancien sur Internet il y a quelques années. Je cherchais alors des recueils de poèmes ayant pour thème la gastronomie. Il doit être encore sur une étagère de ma bibliothèque.
      Si vous avez des infos biographiques concernant votre arrière-grand-père ou d’autres poèmes dont il est l’auteur, je serais heureux de pouvoir les indiquer sur mon blog.
      Bien cordialement
      Guillaume Riou

  4. Bonjour,
    Merci de m’avoir répondu. En fait, c’est mon arrière arrière grand père du coté paternel. Il tenait une confiserie à cannes. C’était un homme au départ qui voulait rentrer dans les ordres et qui finalement s’est marié par obligation envers ses parents et sans amour ! Il était très élégant, cultivé et charmeur avec les femmes ! Il se trouve que je partage la même passion pour l’écriture depuis toujours.
    Dans quelle région vivez-vous ? Moi je suis sur Antibes/Biot.
    Cordialement
    Caroline

  5. Rebonjour,

    Pour reprendre l’histoire, l’auteur de ce poème était commissaire de police et c’était son fils qui tenait la confiserie. Ce fils qui n’était pas instruit au contraire du père. Je tiens ces infos de ma grand mère paternelle qui vit toujours. Combien me revendriez-vous le fascicule ?

    Cordialement
    Caroline Guasco

  6. James Fulcher

    I have a similar-shaped tin 7 1/4″ x 1 1/4″ deep « Joseph Guasco Chix-les-Bains » with woman on spinning wheel and boat « Haute Combre – Le Rhone »(?) would like to know more info about?

    • Hello.
      I’m sorry, but I don’t have any information other than what’s in my article and his comments.
      It seems to be « Aix-les-bains » and « Haute Combe » in Savoie.
      Good survey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *