Tout ce que le beau mot de pantomime dit… – Sonnet d’Edgar Degas

Edgar Degas est célèbre pour ses peintures, sculptures, gravures et photographies, mais moins pour ses quelques poèmes.
Bien qu’assez complexes, ils sont pourtant réussis et apportent un complément intéressant à l’œuvre de l’artiste.

Voici un sonnet dédié à la première danseuse de l’Opéra de Paris, Marie Sanlaville. Degas l’a sans doute écrit suite aux répétitions du ballet Les Jumeaux de Bergame auxquelles il assiste au Grand Casino de Paramé (Saint-Malo) en 1885. Marie Sanlaville y interprète le rôle d’Arlequin sénior.

Le dernier vers serait un clin d’œil de l’auteur à L’Après-midi d’un faune de Stéphane Mallarmé. Ce dernier, fasciné par la danse et l’expression poétique du corps, publie d’ailleurs en 1888 un essai intitulé Ballets.

 

pantomime - Marie SanlavilleArlequin et Colombine, 1884 – Pastel d’Edgar Degas conservé à la galerie autrichienne du Belvédère, Vienne (Autriche)
« Le personnage sur le pastel porte le costume d’Arlequin et un bâton dans sa main droite. Degas représente le moment où la danseuse dans le rôle d’Arlequin Senior, debout avec ses pieds placés en quatrième position, est sur le point de mimer sa surprise à la découverte de la personne dissimulée dans un sac qu’elle vient d’attaquer et qui n’est autre que son frère, Arlequin Junior. » (source : Article Marie Sanlaville de Wikipédia)

 

À mademoiselle Sanlaville.

 

Tout ce que le beau mot de pantomime dit
Et tout ce que la langue agile, mensongère,
Du ballet dit à ceux qui percent le mystère
Des mouvements d’un corps éloquent et sans bruit.

Qui s’entêtent à voir en la femme qui fuit,
Incessante, fardée, arlequine, sévère,
Glisser la trace de leur âme passagère,
Plus vive qu’une page admirable qu’on lit,

Tout, et le dessin plein de la grâce savante,
Une danseuse l’a, lasse comme Atalante :
Tradition sereine, impénétrable aux fous.

Sous le bois méconnu, votre art infini veille :
Par le doute ou l’oubli d’un pas, je songe à vous,
Et vous venez tirer d’un vieux faune l’oreille.

 

Edgar Degas (1834-1917), in Huit sonnets d’Edgar Degas, Ed. La jeune parque, 1946
Sonnet VI

 

pantomime - fauneDessin d’Edgar Degas – Un des huit dessins en cul de lampe de l’ouvrage Huit sonnets d’Edgar Degas, 1946.
Ce dessin, représentant un faune, illustre le sonnet VI

 

 

Clefs : Brigitte Marie Sanlaville (1847-1930) | Hilaire Germain Edgar de Gas | esthétique | impressionniste |  mythologie grecque | hommage | sensualité
image_pdfimage_print
Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.