Alejandro Jodorowsky et la poésie

Marzo

Sueño que, mientras volamos en un helicóptero alrededor de la boca de un volcán en erupción, le estoy dando un curso de poesía a un grupo de poetas ancianos. « No describan sus experiencias, el poema debe ser la experiencia. No muestren lo que son, sino lo que van a ser. No exhiban sus sentimientos, creen con el poema un nuevo sentimiento. No revelen lo que saben, sino lo que sospechan. No busquen lo que son sino lo que no son. Por lo tanto, ahora que son sueño, dejen de soñar ». Entonces me despierto.

Alejandro Jodorowsky, in De aquello que no se puede hablar, Ed. Maelström reevolution, 2017

Alejandro Jodorowsky

Alejandro Jodorowsky, photographié par Daniel Bergeron

Mars

Je rêve que, tandis que nous volons en hélicoptère autour de la bouche d’un volcan en éruption, je donne un cours de poésie à un groupe de poètes âgés. « Ne décrivez pas vos expériences, le poème doit être l’expérience. Ne montrez pas ce que vous êtes, mais ce que vous allez être. N’exhibez pas vos sentiments, créez avec le poème un nouveau sentiment. Ne révélez pas ce que vous savez, mais ce que vous soupçonnez. Ne cherchez pas ce que vous êtes mais ce que vous n’êtes pas. Par conséquent, maintenant que vous êtes un rêve, cessez de rêver. » Alors je me réveille.

Alejandro Jodorowsky, in De ce dont on ne peut parler, Ed. Maelström reevolution, 2017
Traduit de l’espagnol (Chili) par David Giannoni


Clefs : poésophie | conseils | démarche poétique | sueños felices (1997) | rêves heureux

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *