23 bis rue Louis Pasteur

23 BIS RUE LOUIS PASTEUR

 

Les fleurs d’hortensia
qui coiffent le mur de la terrasse
luisent de poussière pluviale.

Les pixels colorés
des pavés me ramènent
à nos jeux d’enfants.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°20, Paris, 2015.

 

23 bis rue Louis Pasteur - Pavés de la terrasse

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Figure de proue

FIGURE DE PROUE

 

Tu navigues, jeune fille, à l’astrolabe du désespoir, les cales chargées de stupre et de haine.

Tes gonades-boussoles te mènent de porc en porc. Les narines poudrées de sel, tu triches avec la vie et défies les marées nocturnes… .

Ton pavillon danse, on le voit de loin. Gamine rebelle, flibustière en quête de perdition. Tu te détestes, mais fends les océans de douleur avec brio, toutes voiles dehors, au sein d’une chiourme de complices.

Le vent du nord siffle dans tes gréements, mais tu l’ignores. Tout juste parvient-il à te glacer le cœur au reflet d’un regard.

T’es « Tendance », belle-gosse, l’allure fière passé minuit. La coque bombée pour faire mousser l’écume. Le ventre ouvert aux déferlantes, tu fais ramer les hommes et pleurer leurs femmes.

Retourne-toi au plus profond et vois : tu es ta propre bourrelle !

Où traînes-tu ta cargaison de fiel ?

A force d’ignorer les phares, tu te briseras sur les récifs. Alors les embruns auront le goût du sang et les cormorans en croix porteront la terrible nouvelle.

Peu te pleureront, debout sur la falaise pour deviner ton visage aux mouvements du ressac. Et tu ne laisseras qu’un vague souvenir dans l’esprit des pilleurs qui firent de toi une épave.

 

Guillaume Riou

 

Figure de Proue - poème

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Jeune et con – Chanson de Damien Saez

Jeune et con - Damien Saez

Jeune et con

 

Encore un jour se lève sur la planète France
Et je sors doucement de mes rêves, je rentre dans la danse
Comme toujours il est huit heures du soir, j’ai dormi tout le jour
Je me suis encore couché trop tard, je me suis rendu sourd encore

Encore une soirée où la jeunesse France
Encore, elle va bien s’amuser puisqu’ici rien n’a de sens
Alors on va danser, faire semblant d’être heureux
Pour aller gentiment se coucher, mais demain rien n’ira mieux

Puisqu’on est jeune et con
Puisqu’ils sont vieux et fous
Puisque les hommes crèvent sous les ponts
Mais ce monde s’en fout
Puisqu’on est que des pions
Contents d’être à genoux
Puisque je sais qu’un jour nous gagnerons à devenir fous,
Devenir fous

Encore un jour se lève sur la planète France
Mais j’ai depuis longtemps perdu mes rêves, je connais trop la danse
Comme toujours il est 8h du soir, j’ai dormi tout le jour
Je sais qu’on est quelques milliards à chercher l’amour, encore

Encore une soirée où la jeunesse France
Encore, elle va bien s’amuser dans cet état d’urgence
Alors elle va danser, faire semblant d’exister
Qui sait si l’on ferme les yeux on vivra vieux

Puisqu’on est jeune et con
Puisqu’ils sont vieux et fous
Puisque les hommes crèvent sous les ponts
Mais ce monde s’en fout
Puisqu’on est que des pions
Contents d’être à genoux
Puisque je sais qu’un jour nous nous aimerons
Comme des fous

Encore un jour se lève sur la jeunesse France
Mais j’ai perdu mes rêves
Je connais trop la danse
Et je sais qu’on est quelques milliards

Encore un jour se lève sur la planète France
Où j’ai depuis longtemps perdu mes rêves, je connais trop la danse
Comme toujours il est huit heures du soir, j’ai dormi tout le jour
Mais je sais qu’on est quelques milliards… à chercher l’amour

 

Damien Saez, in l’album Jours étranges, 2000

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr