Raymond Queneau et la poésie

Un poème

 

 

Bien placés bien choisis
quelques mots font une poésie
les mots il suffit qu’on les aime
pour écrire un poème
on ne sait pas toujours ce qu’on dit
lorsque naît la poésie
faut ensuite rechercher le thème
pour intituler le poème
mais d’autres fois on pleure on rit en écrivant la poésie
ça a toujours kékchose d’extrême
un poème.

 

Raymond Queneau, in L’instant fatal, Aux nourritures terrestres, 1946.

 

Raymond Queneau - photomatonsRaymond Queneau, Photomaton, 1928 – Conservé dans le Fonds Queneau.
Un autre de ces autoportraits photomaton sera utilisé par André Breton pour encadrer le tableau de Magritte « Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt » reproduit dans La Révolution surréaliste n°12 du 15 décembre 1929.

 

 

Ce poème est lu par Augustin Trapenard en ouverture de son émission radiophonique Boomerang « best of poésie » (France Inter, 30 décembre 2015) :

Retrouvez Jacques Bonnaffé, Fabrice Luchini et Matthieu Chedid, accompagnés par un intermède musical inédit concocté par The Shoes.

 

 

 

Clefs : littérature | Boomerang fait des rimes | Oulipo
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *