Quand je vous vois – Poème de Yves–Emmanuel Dogbé

Né le 10 mai 1939 à Lomé-Kpéhénou, Yves–Emmanuel Dogbé a fait ses études primaires et secondaires au Togo, au Bénin et au Ghana. Après quelques années passées dans le monde enseignant, il part en France où il étudie à l’École des Hautes études en sciences sociales à la Sorbonne et à l’Université René Descartes et obtient un doctorat de 3e cycle avec une thèse sur la Négritude.

Auteur d’une étude sur la crise de l’éducation, Yves–Emmanuel Dogbé a également travaillé dans plusieurs organismes de recherche scientifique en France et au Togo.

La passion que l’homme a pour la lecture, débouche sur l’envie d’écrire et le besoin de s’exprimer, de prendre position. Ses écrits ont touché la politique, les problèmes sociaux, la sociologie, l’amour, la haine…

En écrivant sur la politique menée au Togo, Yves-Emmanuel Dogbé, s’était attiré les foudres de l’establishment.

En 1976, un de ses textes disant que « ceux qui nous gouvernent sont des hommes politiques de formation politique », n’avait pas plu aux autorités. Celles-ci l’ont pris pour de la subversion ; une audace qui ne pouvait rester impunie…

Arrêté, Yves-Emmanuel Dogbé a transité par la Sûreté nationale, puis fut conduit au Camp RIT de Lomé-Tokoin, où il goûtera aux pires humiliations, coups, injures et intimidations d’usage à cause de cette phrase anodine. Il s’était même entendu dire : « Tu vas aller en prison, on va faire des enquêtes et si nous avons tort… Dieu nous pardonnera ».

Après cette expérience carcérale, l’écrivain part en exil.

Il meurt à Paris en 2004.

Yves-Emmanuel Dogbé - 1985

Quand je vous vois

 

Dressés sur vos glorioles et vos conquêtes séculaires…
Quand je contemple vos populations
Bien nourries et repues
Paris, Amsterdam, Bruxelles, Bonn, Londres, Rome…
Je pense à mon Afrique
Avec ses taudis et ses affamés
Je pense à ces hommes
Qui n’ont pour tout patrimoine
Que la misère
Ces femmes et enfants rongés
Par les maladies
Ce peuple analphabète, ignorant
Dont l’avenir est incertain

Quand je vous vois, Gens d’Europe,
De La Haye jusqu’à Berlin
De Copenhague à Barcelone
Avec vos intellectuels et vos politiciens
Qui défendent vos droits
Et préparent votre avenir,
Je pense à nos dirigeants qui ne pensent qu’à eux
A leur prestige personnel
Leur puissance
La mégalomanie
La richesse
Avec leur népotisme
Leur arrivisme
Leur régionalisme

Quand je vous vois exulter, Peuples d’Europe,
Évoluer dans vos villes
Dans vos rues de la Civilisation
Avec ce petit air d’êtres heureux,
Je l’avoue, vous me faites envie
Et je me demande qui
Mais qui vraiment un jour
Se lèvera du milieu de mon peuple
Pour s’occuper de lui
De son avenir
Comme vous le faites chez vous si bien ?

 

Yves-Emmanuel Dogbé, in la revue Silex n°23 : expressions d’Afrique, 1982.

Afrique - PlantuCaricature par Plantu

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *