Printemps des poètes 2009 – Rire et poésie

Dans le cadre du Printemps des poètes 2009, je vous fais part de mon choix de poèmes sur le thème du Rire :

rire - poésie - rose
CLÉ DE VOÛTE

Dans le cloître, à Chester, le muret du jardin est si bas que les jeunes filles assises sont tenues de fermer les genoux. Deux grandes qui ont oublié les ouvrent. Les courbes y sont pures, elles convergent dans l’ombre comme au faîte de la cathédrale. Le gothique est un art plus ancien qu’on ne dit.

Georges L. Godeau

LA FORCE DE L’HABITUDE

Une jeune fille récite un poème
Je n’aime pas le poème
mais je crois que j’aime la jeune fille
alors j’y vais de bon cœur
j’applaudis à tout casser…
Quand on a fini de déblayer les décombres
la jeune fille se relève
tant bien que mal
et repoussant les brancardiers
m’apostrophe durement
me laissant entendre
que c’est très beau de s’enthousiasmer
sympathique et tout
mais qu’au moment où je l’ai interrompue
elle avait encore sept cent quatre-vingt-huit vers à dire
et que j’aurais pu au moins
attendre la fin…

Pierre Ferran

rire - poésie - jaune

LE PAON

En faisant la roue, cet oiseau
Dont le pennage traîne à terre,
Apparaît encore plus beau,
Mais se découvre le derrière.

 
Guillaume Apollinaire

LA SOUPE ET LES NUAGES

Ma petite folle bien-aimée me donnait à dîner, et par la fenêtre ouverte de la salle à manger, je contemplais les mouvantes architectures que Dieu fait avec les vapeurs, les merveilleuses constructions de l’impalpable. Et je me disais à travers ma contemplation : « – toutes ces fantasmagories sont presque aussi belles que les yeux de ma belle bien-aimée, la petite folle monstrueuse aux yeux verts. »

Et tout à coup je reçus un violent coup de poing dans le dos, et j’entendis une voix rauque et charmante, une voix hystérique et comme enrouée par l’eau-de-vie, la voix de ma chère bien-aimée, qui disait : « – Allez-vous bientôt manger votre soupe, s…. b…. de marchand de nuages ? ».

Charles Baudelaire

rire - poésie - vert

L’ÉLIXIR POUR LES GORILLES

Autrefois c’était tout plein
De gorilles sur la terre :
Il y en avait des malins,
Des brutes, des terre à terre.

Les malins voulaient avoir
Pour eux seuls toute la place ;
Dirent un jour : « faudrait voir
A ce qu’on se débarrasse

De ces pauvres illettrés,
Sans nul esprit, malhabiles,
Chétifs, souffreteux, débiles,
Qui surpeuplent nos forêts ! »

Finirent par réussir
A les chasser du royaume
A l’aide d’un élixir
Qui les transforma en hommes !

N’oublions pas désormais
Que chacun de nos semblables
Peut être un gorille mais
Est-ce que c’est reconnaissable ?

Pierre Ferran

STATUE D’HOMME D’ÉTAT

C’était un bavard de talent très mince ;
Et, pendant trente ans, il avait été
Fameux à Paris, grand homme en province,
Ministre deux fois, toujours député.

Traité d’éminent et de sympathique,
Il avait trahi deux ou trois serments,
Ainsi qu’il convient dans la politique…
Bref, c’était l’honneur de nos parlements.

Il mourut. Sa ville – elle était très fière
D’avoir enfanté ce contemporain ! –
Dès qu’il fut enfin muet dans la bière,
Le fit sans tarder revivre en airain.

J’ai vu sa statue. Elle est sur la place
Où se tient aussi le marché couvert.
C’est bien l’orateur ; son geste menace,
Et sa redingote est en bronze vert.

Mais les bons ruraux, vile multitude,
Vendant les produits du pays natal,
Sans y voir malice et par habitude,
Laissent leurs baudets près du piédestal ;

Et tous les lundis, quand les paysannes
Sous les piliers noirs viennent se ranger,
Le tribun d’airain harangue les ânes …
Et ça ne doit pas beaucoup le changer.

François Coppée

rire - poésie - bleu

SUR DES TOMBES DE CHIENS

Avec raison, sous cet ombrage,
On a fait des tombeaux aux chiens,
Car s’ils n’avaient parfois la rage,
Ils vaudraient mieux que des chrétiens.

Théophile Gautier

LES AUGURES

Certain jeune homme en quête de carrière
mais en tous cas voulant servir l’Esprit,
ne savait trop s’il voulait, ou bien faire
comme Cézanne, ou comme Valéry.
Car il avait par hasard en partage
talent de plume et talent de pinceau,
et sagement craignait du gaspillage
s’il voulait jouer sur un double tableau.
Donc il crut bon en cette conjoncture
d’aller montrer quelques productions
dans les deux genres, à deux graves Augures.
Le premier dit : « Sans hésitations,
mon jeune Ami, faites de la peinture ! »
et le second : « Pas d’erreur ! Il vous faut
prendre la plume et lâcher le pinceau ! »

La question n’est pas en l’occurrence
de savoir quel était son vrai talent,
mais de noter… – ce n’est évidemment,
bien sûr, qu’une coïncidence
drôle à conter – le petit fait suivant :
Le premier de ces aimables Augures
exerçait le beau métier d’écrivain.
Et le second de ces fameux devins…
c’est curieux… faisait de la peinture.

Samivel, in Chapeaux pointus, Ed. Stock, 1945

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. L’élixir des gorilles
    J’ai adorer, je l’ai fait à l’école et g eu 20/20 !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *