La (petite) culotte – Poème de Samantha Barendson

L’assortir aux couleurs des chaussettes, des sacs et autres accessoires et savoir être seule à connaître ce détail. L’enfiler en coton et marcher jusqu’au soir, et retrouver blottie au fond des fibres noires la preuve indélébile de mon désir pour toi. Se vêtir de dentelle et sortir dans le soir, ôter compulsivement au rythme des étages les pelures d’oignons qui couvrent nos pelages. S’enfermer dans la cage qui mène au vieux divan et tâter l’interdit, le goût de nos limites. Oublier de la mettre et sentir la nature, l’air frais dans la tonsure, la chaleur dans les creux, le vent pornographique qui soulève les tissus. Porter une ficelle, imiter Joséphine, danser sur Joe Cocker, remuer le derrière. La retrouver en boule, toute seule au pied du lit.

Samantha Barendson, in La (petite) culotte dans la poésie contemporaine, (petite) anthologie, Ed. Macana, 2012.

Petite culotte - Art urbain

À bas la culotte – Pochoir street art non signé, juillet 2010. Croix-Rousse (4e arr.), Lyon.


Clefs : lingerie | féminité | sous-vêtements | dessous | string | intimité | sensualité | animalité | érotisme | Joséphine Baker
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *