Mille haines – Poème de Mr Flirt

Voici un poème à tiroirs de Mr Flirt, hommage à la chanteuse Mylène Farmer, que j’ai capturé dans mes filets en naviguant sur le web :

Psyche-ranimee-par-le-baiser-de-l'AmourPsyché ranimée par le baiser de l’Amour, par Antonio Canova

Mille haines

Etoile morte, je te rends ton amour,
On souffre, on supporte, on est tous des imbéciles !

Souviens-toi du jour… où nos regards se sont saisis
T’étais beyond my control, under my skin !
Ecorchée, malheureuse, accablée Tristana.
Rebelle adolescente du « Papa est con, Maman a tort »,
L’amour naissant t’a métamorphosé :
Fabuleux innamoramento !
Gravée en ma mémoire, c’est une belle journée.
La ronde triste de nos vies,
Est devenue vertige d’émotions !

On visait l’éternité : ne plus grandir,
Fuir, jouir, partir : rêver !
Hollywood, California… american dream.
T’étais Greta Garbo et moi John Gilbert…
L’un pour l’autre, tout pour l’autre !

Main dans la main dans les rues de Londres,
Dans un jardin de Vienne ou au fil du Gange.
Complices, magiciens, jouant à l’âme-stram-gram.
C’est l’histoire d’une fée, c’est… ton histoire.
Dans les sables de notre désert, « dessine-moi un mouton » !

Ensemble slipping away, profondément ressentir !
Cigüe libertine : amoral poison de mes nuits,
Du moment Q à  l’instant X,
J’admirais tes formes, mouvements de lune
Notre croquis porno graphique !
Tantôt la fiévreuse qui fait oui, tantôt la poupée qui fait non.
Exerce – habile – tes tortures… pourvu qu’elles soient douces.

On n’écoutait que nous ; surtout pas les faibles Q.I :
Fuck them all ces langues de vipères !
C’était « je t’aime, moi aussi »

Derrière les fenêtres de notre avenir, on cherchait déjà des prénoms :
Allan, pour un garçon
Une fille ? Chloé
ou Alice.

We’ll never die, never
Puisque nous étions à jamais inséparables
Et pourtant

Je croyais qu’on s’aimerait sans contrefaçon,
Avant que l’ombre… s’abatte, nuée grêlée de trahisons !
L’Annonciation démoniaque, rupture si brutale
Scission sans logique, blessure tragique !

Oh ! Nobody knows
Comme j’ai mal ! Comme je hurle !
Je voudrais tant que tu comprennes.
Si je te pardonnais, serais-tu là ?
Mon ange, parle-moi !
Laisse le vent emporter tout : les fautes, les démons.
Redonne-moi l’espoir,
Optimistique-moi belle ennemie !
Nous souviendrons-nous des joies sublimes ?

Si tu gardes le silence, méfie-toi de ma colère !

Ma mémoire a figé ton dernier sourire
Reflets d’émaux, des maux les mots.
Comment agir ? Privé de ton consentement,
Tel un insecte englué au fil de la veuve noire.
A quoi je sers aujourd’hui, sans ton amour ?
Sur la place publique, badauds, déshabillez-moi !

Depuis que t’es partie, je sens que mon cœur lâche
Damné, maudit, ainsi soit je !
Mon corps tremble, sous des cendres de lune
My soul is slashed… et saigne.

Je ne suis plus qu’un vieux bouc, pauvre diable cocu,
En pleine folie, dégénération sentimentale,
Ô psychiatric insanity !

Je t’oublierai peut-être Toi, mais jamais Nous.
Je t’aime mélancolie, il ne me reste que toi !
Les aiguilles tranchantes de l’horloge biologique tournent
Et tournoie… mon destin !
Je n’aurai pas le temps de vivre
Et si vieillir m’était conté ?
J’attends la mort…

Tomber 7 fois… pour ne plus se relever,
Criblé d’effets secondaires
Je ne crois plus au salutaire mylénium.

Alors j’écoute la radio : Mylène is calling,
Jusqu’au bout de la nuit,
Puis Mylène s’en fout !
En ton absence, l’amour n’est rien
Il n’y a pas d’ailleurs,
Point de plaisir, même aux sources de l’eaunanisme
Ma vie est désenchantée.

Pardonne-moi Enfant que j’étais,
Innocent Agnus dei,
D’avoir anéanti tous ces projets, tous ces combats.

De notre amour XXL,
Pas de doute possible,
Il ne me reste que des regrets.

 Mr Flirt. 2008

Mille haines

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Que du bonheur ce poême. mille haines ont t’aime !!! merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *