Léo Gantelet et la poésie

Page

 

Et si ma plume était en peine
J’aurais le ciel pour page bleue

Où l’oiseau du bout de sa penne
Écrirait mon poème au Bon Dieu.

Seynod, 5 Décembre 1995

 

Léo GanteletLéo Gantelet auprès de la sculpture « L’astronome » de Maurizio D’Agostini

Inspiration

 

Dieu seul savait
D’où le poème était venu

Qui donc avait pu inventer
qu’il serait fils de marécage
En ses eaux glauques et ténébreuses
Mais aussi fils de libellule
En ses purs reflets d’arc-en-ciel

Dieu seul

Seynod, 7 Janvier 1996

Léo Gantelet

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Dieu seul sait exactement nos intentions … il connaît aussi nos maladresses

  2. Dieu seul sait exactement nos intentions … il voit notre sincérité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *