Le limaçon et les courtisans – Fable anonyme

LE LIMAÇON ET LES COURTISANS

 

Dans l’antichambre où chaque jour
Des vils flatteurs la foule immense
Se façonne dans le silence,
Avant de faire au roi sa cour,
L’on vit un beau matin, une horrible traînée
Briller tout autour du salon,
Au fin bout de laquelle était un limaçon.
A cet aspect, nos gens de sublime lignée
Poussèrent un holà dans leur âme indignée
Mais l’animal, se retournant,
Leur dit : Je suis venu, comme vous, en rampant.

 

Anonyme, in La Chronique de Savoie, revue bimensuelle n°4 du 16 février 1870.

 

Le limaçon et les courtisansPortrait d’un courtisan (ou d’un limaçon ?)

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *