Le Grand Express

« Le Grand Express » est un poème de jeunesse écrit au moment où je m’exerçais à la versification classique. J’ai trouvé l’inspiration après avoir vu une rediffusion du film « Runaway train » d’Andrei Konchalovsky.

runaway train

Le scénario avait vu le jour à partir d’un article paru en 1963 dans le journal Life et qui racontait l’histoire vraie de quatre locomotives emballées et sans conducteur sur la voie menant de Syracuse à Rochester.

Le train du film n’avait bien évidemment pas grand chose à voir avec un train à vapeur, mais j’avais pris cette liberté d’association pour mettre des mots sur mon imaginaire.

LE GRAND EXPRESS

 

À l’arrêt si imposant, massif et grossier,
Il souffle bruyamment telle bête enragée.
Au long coup de sifflet, la machine est lancée,
Les quais abandonnés, rien ne peut le stopper…

Le lourd train matinal déchire les campagnes,
À pleine vapeur, lacère un double sillage.
Sombre engin métallique, il perce la montagne
Et hurle son trouble aux duveteux paysages.

Accélère, accélère, animal de charbon !
Ta traînée de fumée s’élève à l’horizon.
Bave ! Crache ta colère ! File à vive allure !

Destrier nerveux revêtu de son armure
Traversant, fier et furtif, les brumes épaisses ;
On nomme ce cheval de fer : « Le Grand Express ».

 

Guillaume Riou. Poème écrit le 12 mars 1995.

 

Le Grand Express

 

En découvrant bien plus tard le court métrage Pacific 231, de Jean Mitry, sorti en 1949, j’ai repensé à ce poème de jeunesse :

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Salut ! Je cherchais une traduction de Auguries of innocence et je suis tombée sur ton site. Tu écris de très beaux poèmes. Je n’ai certes pas eu le temps de les lire tous mais j’espère pouvoir revenir un de ces jours ! Félicitations, ils sont vraiment bien !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *