Jean-Marie Barnaud et la poésie

« Pourquoi la poésie ? Pourquoi des poètes ? »

Quelle audace, n’est-ce pas, de poser cette question, et encore plus de prétendre y répondre : on ne peut oublier d’où elle vient, on sait que celui qui l’a posée en premier y a risqué sa vie et joué sa santé, ayant reçu des dieux comme le vieux Tantale plus qu’il ne pouvait digérer; sans doute en est-il mort, comme quelques autres, avant et après lui, dans toutes sortes de circonstances privées ou liées à l’Histoire, j’y pensais il y a peu, à Moscou, devant la chambre de Maïakovski…

Alors nous n’irons pas, ce serait leur faire outrage, nous enliser dans nos débats un peu savourés sur la poésie comme lieu de résistance, même si c’est vrai qu’elle est ce lieu. Simplement, la question devrait être toujours doublée par celle-ci : quel beau risque est le mien, à écrire depuis ce versant-ci du monde et sa détresse? Et après, continuer?
Oui, tant que détresse et nuit nous donneront la vaillance.

 

Jean-Marie Barnaud, in revue Poesie1 n°51, 2007

 

Jean-Marie Barnaud

 

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *