Fernando Arrabal et la poésie

Le poète est l’écrivain-ouvrier, polisseur de jaculatoires (du latin jaculari) qui, pour réconcilier la science et l’inspiration, compose avec une rigueur géométrique. Parfois, par erreur, on l’a considéré comme un pionnier de la modernité ou un paladin des sentiments. Le poète trace les lignes de la réalité jusqu’au cauchemar ou la vision inclus. Dès l’origine le poète se sent plus proche d’Euclide ou de G.Y Perelman que d’Homère ou de W.H. Auden. La superstition, la magie et autres avatars du charlatanisme ou du n’importe quoi provoquent son effroi.

Le poète se fie à la science comme si, dès le commencement, le Verbe avait prévu la génétique actuelle et le clonage. Les mille et une nuits (et un jour) de la poésie permettent la reproduction sans fin.

Le poète ne croit pas à la dualité vie/mort, ordure/nature, merde/ciel. C’est le précurseur du chat de Schrödinger : il voudrait continuer à exister pour toujours et en ce monde, comme s’il était un surdoué tenté par le suicide.

S’il ne jouit pas de sa propre estime, le mensonge l’expose à une variante de l’orgueil. Car la poésie s’engendre elle-même : puisque son existence procède de sa propre nature. Comme Fourier avec le Phalanstère, Mandelbrot avec les objets fractals ou Jarry avec le docteur Faustroll, le poète met en évidence que les affects et les effets de la poésie doivent être observés « more geometrico. »

 

Fernando Arrabal (1932-), 29/11/2007, Buenos Aires.

 

Fernando Arrabal

Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *