Soliloque logogriphe d’un géographe enseignant (extrait) – Poème d’Emmanuel von Kirchendorf

Tu appens aux murs de ta classe ces cartes, ces planisphères, ex-votos du monde. Cornac et profès d’universalité, ta leçon est chaque jour accouchement et relevailles. Emplis d’amativité, tes potaches, sous le xyste ou le sycomore, défont et refont avec toi, jour après jour, le coir humain qui enveloppe la terre. Humble plante saxatile, ta géographie se fraie une voie subtile à travers scléroses et cañons de la turpitude, pour témoigner de ce qui est, de ce qui vient.

Asmodée, tu soulèves les secrets d’Aswan, des terres interdites du Karamoja, de la Vallée de la Mort.

Tu exultes en cantiques au Temple Mormon ; tu tournes le moulin à prières au Butan ; mercenaire, tu gardes le Vatican, en suisse.

Tu fais des aurores accoucher le jour, tu jettes lumières et ombres
sur Paramaribo
sur Chitagong
sur Orihuela
et sur Chandernagor.
Des crépuscules aux nuits
Des nuits aux aurores
Jusqu’au retour des ombres
Jours et nuits à toute heure présents
Sur le ventre rond de la terre.

 

Emmanuel von Kirchendorf, in Soliloque logogriphe d’un géographe enseignant, Ed.du temps, Genève, 1967

 

Soliloque logogriphe d'un géographe enseignantDessin de Gil Pasteur illustrant l’ouvrage « Soliloque logogriphe d’un géographe enseignant »

 

 

 

Clefs : enseignement | passion | métier | pédagogie | planète Terre | savoir | transmettre
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *