Mascarade identitaire !

Depuis quelques semaines, nos candidats « ultra-médiatico-politiques » Ségo et Sarko nous sortent un lièvre polémique de leur grand chapeau : l’identité nationale !!!

Voilà un sujet qui retentit dans nos cerveaux avec les voix TSF des Pétain, De Gaulle, Verneuil… sur fond de conflits passés tels que guerres mondiales, décolonisations, guerre d’Algérie…

Est-ce là une volonté de nos futurs dirigeants potentiels de faire un point sur notre histoire ? De rendre plus justes et objectifs les manuels d’histoire ? Tout cela afin de rassembler les français d’aujourd’hui autour d’une paix identitaire ? Mon œil !!! Ne serait-ce pas plutôt une pirouette politique pour dynamiser la campagne, pour enfourcher le taureau du pouvoir en laissant les concurrents loin derrière ?

On croit rêver ! Tant qu’à faire, suivons ces guignols en campagne… ayons tous un drapeau tricolore dans notre salon, entre la photo de notre président et les trophées dorés de victoire au concours du plus gros mangeur de saucisson ! Chantons la marseillaise si douce et si contemporaine avant chaque repas en posant fièrement le béret sur nos poitrines !

Mascarade identitaire

On vit dans un pays magnifique, avec ses forces et ses doutes… on aimerait tous voir ces candidats aux présidentielles s’engager avec conviction sur des sujets tels que l’Europe, la politique extérieure, le chômage, l’écologie, l’éducation, la culture & les nouvelles technologies, l’économique & le social ! Et qu’est-ce qu’on observe partout ? Des excités narcissiques qui lancent des polémiques sur des sujets foireux, histoire de passer le plus possible à la télé et de draguer les voix des fachos.

Des amalgames entre immigration et identité nationale : en veux-tu en voilà ! Des pactes écologiques et sur le Darfour signés d’une main, pendant que l’autre vérifie les courbes de sondages : en veux-tu en voilà ! On nage en plein délire médiatique ! Mais où sont les valeurs porteuses de nos candidats, où sont les phrases franches de leurs programmes, où sont leurs idées et leurs doutes ? Où est la nouvelle politique qu’on attend ? Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, je vais avoir un mal fou à me décider le jour J et je risque de squatter l’isoloir pendant une bonne partie de la journée si les candidats restent aussi instables et démagos !

Allez, j’arrête de m’emporter et je me recentre sur ce point étrange qu’est « l’identité nationale ».
On pourrait aborder le sujet par le côté historique… mais il y en aurait pour des heures (et on connaît tous ou presque nos grandes lignes historiques). La psychologie et la sociologie se penchent régulièrement sur  cette notion (de nombreuses études existent sur le sujet : Edmond-Marc Lipiansky, Pierre Legendre, Jean-François Bayart…), mais, actuellement, c’est le point de vue philosophique qui m’intéresse !

Mes interrogations sont les suivantes : qu’est-ce qui fait l’identité de chacun ? Et n’est-il pas dangereux de mettre en exergue une identité particulière, par rapport à l’ensemble complexe qu’est l’identité personnelle ?

Même si la conscience tient une place privilégiée, l’identité est aussi présente dans les approches philosophiques (voyez les textes de Locke, Leibniz et Spinoza…) . Et pour cause : l’identité est partout, l’identité semble être l’image du Tout ! Elle sert à nommer, décrire, repérer… bref identifier. La complexité réside dans les frontières : qu’est-ce qui délimite l’identité ? À notre époque, on met l’identité à toutes les sauces, on la place au cœur des communautés et du communautarisme… au point de ne plus savoir différencier identité collective et identité personnelle.

C’est en faisant une petite expérience que j’ai réussi à éclaircir (un peu) ma vision de cette difficile et plurielle notion qu’est l’identité :

J’ai pris une feuille blanche et j’ai essayé de mettre par écrit la somme des identités qui composent Mon Identité.

Je vous dresse le tableau (en omettant bien-sûr des détails que je préfère ne pas livrer ouvertement sur le Net…)

 

Identité métaphysique (originelle) :

– Inconnue

 

Identité géographique :

– Élément de l’Univers

– Poussière de la Galaxie « Voie lactée »

– Être du système solaire

– Terrien de planète

– Eurasien de continent

– Européen de communauté d’États

– Français de nationalité

– Breton de région d’origine

– Finistérien de département d’origine

– XXXX de ville d’origine

– Rhône-alpin de région d’adoption

– Haut-savoyard de département d’adoption

– Annécien de ville d’adoption

– XXXX de quartier

 

Identité physique :

– Mammifère de classe animale

– Homo Sapiens Sapiens d’espèce

– Carnivore d’alimentation

– Masculin de sexe

– Blanc de peau

– Châtain de chevelure

– Vert d’yeux

– Droitier de latéralisation

– XXXX d’âge (génération, date de naissance…)

– 1,79 m de taille

– 71 kg de poids

– XXXX de groupe sanguin

– XXXX d’ADN

– XXXX d’empreintes digitales… etc  (on peut aller très loin comme ça)

 

Identité socio-culturelle :

– Contemporain des XXe & XXIe siècle ap J-C

– Riou de nom

– Guillaume de prénom

– XXXX d’origine familiale (fils de…, petit-fils de…)

– XXXX d’éducation

– XXXX de profession… etc.

 

 Identité psychologique :

– XXXX de caractère

– XXXX de résurgences inconscientes (scenarii, réflexes, réactions…)

– XXXX de conscience

– XXXX de cœur (par ex : on peut tomber amoureux d’une région et s’identifier comme y étant très lié sentimentalement…)

– XXXX de talent, de prédispositions

 

Identité « idéologique » (difficile de choisir un terme approprié…) :

– XXXX de croyances religieuses

– XXXX de politique

– XXXX de philosophie

– XXXX de culture (règles, normes, valeurs, mœurs…)

– XXXX de signe astral… etc.

 

Avouez que ça donne le vertige ! Faites l’expérience de votre « schéma » identitaire, on a l’impression de générer une spirale…

« […] L’identité constitue une sorte de bouclage indissoluble entre similitude/inclusion et différence/exclusion  »
(Edgar Morin in « La vie de la vie », p. 271, Seuil, Paris 1980).

Après cette expérience, j’ai eu les sentiments paradoxaux de mieux me connaître (du moins, de mieux me représenter) et en même temps d’un manque… des questions nouvelles se posent désormais : est-ce que ce « tout » visuel est complet ? Où commencent et où s’arrêtent mon identité collective et mon identité personnelle ? Où dois-je placer l’identité du Moi, de ma conscience, de mon âme ? N’est ce pas ce « Moi » finalement le noyau de mon identité ? Quelle part d’indicible compose mon identité ?

Autre chose me tracasse : la définition du mot « identité » est le plus souvent rapportée dans les manuels, à celle des mathématiques : « égalité qui demeure vraie, quelles que soient les valeurs attribuées aux termes qui la constituent. » (dans le Larousse 2006). Alors si je regarde mon expérience… que dois-je garder de ce qui est immuable et de ce qui évolue sans cesse ?

Autoportrait de Fred Mandell« Auto-portrait » (2001), sculpture de  Fred  Mandell

Des questions sur des questions… on est bien en pleine philo existentielle ! Une chose pourtant est certaine, suite à cette démarche sur le sens de mes… de mon identité, je perçois cette toile d’éléments comme le socle de ma personnalité et par conséquent, je persiste et je signe, quant à l’importance cruciale de son équilibre !

Mettre en avant (ou en retrait d’ailleurs) certains points de cet ensemble identitaire peut amener aux extrémismes en tous genres… et aux fanatismes autour de croyances, de couleur de peau, de pensées, de richesses, de classes sociales, etc.
C’est ce qu’on déplore chaque jour en suivant l’actualité. Les parties d’une identité peuvent vite devenir des « étiquettes ».

Voilà pourquoi les délires des politiques en campagne me semblent dangereux… et s’ils veulent mettre le doigt sur cette part de notre identité qu’est la Nation, qu’ils n’oublient pas de rappeler qu’elle n’est qu’une part parmi tant d’autres ! Non négligeable certes, mais avant-tout : non supérieure !

Méfions-nous des diseurs de bonne identité !

Enfin, ne vaut-il pas mieux, aujourd’hui dans notre pays en effervescence, s’intéresser au sentiment national ou, mieux encore, à la citoyenneté ?

 

 

Clefs : identité plurielle | polémique | valeurs | rengaine politique | Ségolène Royal | Nicolas Sarkozy | élections
Partager
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. J’ai beaucoup aimé ta réflexion sur l’identité.

    Maintenant quand on me parle d’identité, j’ai envie de sortir mon revolver! Personnellement je suis censée avoir des problèmes d' »identité ». Pas de problèmes de ce côté là! Qu’on nous fiche la paix!

    Il y a des problèmes essentiellement économiques, sociaux, politiques voire philosophiques. l’IDENTITE est le cache-sexe de la misère intellectuelle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *