Letter from Koblenz (Lettre de Coblence) – Poème de Kenneth White

LETTER FROM KOBLENZ

 

In memoriam Ausonius, latin poet, resident in
4th century Bordeaux (Burdigalia) who made a trip
to Koblenz (Confluentes) and thereafter wrote the
long river-poem Mosella.

 

Here in this confluential town
at the junction of the Rhine and the Moselle
a chill rain running
down the window of the Europa Hotel
I’m reading that old Ausonian poem :
« I had just traversed the Nava
fast-moving through its fog
then iter ingrediens solum
commenced a lonely road… » Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Enivrez-vous – Poème de Charles Baudelaire

ENIVREZ-VOUS

 

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Bistrots audiernais – Poème d’Yvonne Guézengar

Au fait de ma passion pour la poésie, ma grand-mère (Anna Oswald) vient de me communiquer des poèmes d’auteurs qui vécurent à Audierne, ce charmant petit port du Cap-Sizun.

Je connais bien Audierne pour y avoir passé d’inoubliables moments de bonheur en famille. Mais je le redécouvre sous un aspect plus historique au fil des vers des Guézengar.
Le poète Daniel Guézengar, alors bien connu des audiernais, croquait entre autres le port breton, ses lieux de vie, ses paysages, ses habitants. Et j’ai appris, par le biais de leur fille qui m’a laissé un commentaire sur cet article, que son épouse Yvonne Guézengar (née Yvonne Kersaudy) écrivait également des poèmes.

Egarée aux oubliettes de l’histoire, leur œuvre poétique mérite d’être mise en lumière. Retrouvons ensemble l’Audierne des Guézengar.

Pour commencer, trinquons : yecʼhed mat ! Je vous propose d’explorer Audierne par ses bistrots de l’époque, sous le regard tendre et amusé d’Yvonne Guézengar :

BISTROTS AUDIERNAIS

 

Salut à toi, Audierne, ô pays des bistrots !
Bistrots des quais brumeux, odorants de vin rouge,
Et bistrots enfouis dans les rues loin des flots
Bruyants et enfumés, obscurs comme des bouges. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print