Les houppes rétives… – Poème de Jean-Vincent Verdonnet

Les houppes rétives
de quelques peupliers
luisent à la corne du bois
et la gelée blanche
sur le pré en pente

Errant

un air d’harmonica

donne le signal de la danse
aux fantômes limpides de l’air
à l’extrême frisson des feuilles Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Le rôdeur de grèves – Poème de Fleury Vindry

LE RÔDEUR DE GRÈVES

A l’intelligent poète Philippe FABIA.

De sa valse lente effleurant la dune
L’haleine du soir chante sous la lune…

Le flot vaste brame
Sur un rauque ton :
La crête des lames
S’ourle de coton.

De sel et de sable
L’aile du noroît
S’imprègne et m’accable
De ce grésil froid. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Tempête

tempête - poème de jeunesse

Tempête… un de mes tout premiers poèmes (en hexasyllabes), écrit en 1994, suite à une énième accès de colère de mon père :

TEMPÊTE

 

Une gifle marine
Me brûle le visage,
Déposant au passage
Une froide eau saline.

Au loin l’orage gronde,
Le déluge menace,
Les nuages s’amassent,
Proche est la fin du monde !

Ô mer tumultueuse,
Ô abîme insondable,
Tu sembles incontrôlable,
Magnifique, fabuleuse !

Tes cohortes de lames,
Lourdes phalanges d’eau,
Se jettent à l’assaut
Des récifs infâmes.

Rafales incroyables
Emportant de l’écume ;
Dense et opaque brume,
Le ciel est exécrable.

Tempête, tu es là
Au-dessus du poète.
Un regard il te jette,
Plein de peur et d’émoi.

 

Guillaume Riou, poème écrit en 1994.

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print