Soliloque logogriphe d’un géographe enseignant (extrait) – Poème d’Emmanuel von Kirchendorf

Tu appens aux murs de ta classe ces cartes, ces planisphères, ex-votos du monde. Cornac et profès d’universalité, ta leçon est chaque jour accouchement et relevailles. Emplis d’amativité, tes potaches, sous le xyste ou le sycomore, défont et refont avec toi, jour après jour, le coir humain qui enveloppe la terre. Humble plante saxatile, ta géographie se fraie une voie subtile à travers scléroses et cañons de la turpitude, pour témoigner de ce qui est, de ce qui vient. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

L’incertitude selon Prigogine – Texte de Jean Soler

L’incertitude selon Prigogine

 

Quand j’étais en poste à Bruxelles, je voyais souvent Ilya Prigogine. Nous étions devenus amis avant qu’il obtienne, en 1977, le prix Nobel de chimie.
Il habitait, en dehors de la ville, un appartement aux pièces larges et claires donnant sur une terrasse, d’où l’on apercevait un rideau d’arbres. Il y avait peu d’objets mais parfaitement accordés à lui, des œuvres stylisées, elliptiques, épurées comme une équation : statuettes des Cyclades — de la Grèce avant la Grèce — avec leur visage plat, ovale, où seule était marquée la ligne du nez, au-dessus d’un long cou et d’un torse où deux petites protubérances indiquaient les seins ; ou un disque chinois de l’époque Han, en jade, un bi représentant le Ciel, c’est-à-dire, pour les Chinois, l’univers tout entier, avec un vide au milieu, en forme de cercle, et la pierre verte autour, dont le bord extérieur était hérissé par endroits, régulièrement, d’arêtes, si bien que cet objet symbolique alliait le vide et le plein, autant que la courbe et la droite. Il y avait aussi, dans un angle du salon, un piano à queue, avec des partitions de Bach : des notes agencées comme des nombres dans une démonstration mathématique. Il disait que, grâce à sa mère (il était né dans une famille juive en 1917 à Moscou), il avait su lire une partition avant de pouvoir lire un livre. Il aurait aimé être un pianiste professionnel. Il se serait vu aussi en archéologue. Ce que nous aurions pu être a laissé des traces dans ce que nous sommes devenus. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print