Coquillages et caleçon de bain – Farces poétiques de Pierre Desproges

Fervent amateur de littérature, Pierre Desproges (1939-1988) maniait le verbe avec talent, au service du comique et du cinglant.
Il savait aussi s’en moquer.

coquillages caleçon de bain(Source de l’image)

J’ai retrouvé sur le site de l’Ina deux intermèdes d’une émission d’Antenne 2 diffusée en 1979 : « Sacha Distel à Monte-Carlo » . On y découvre, au large des côtes, un bateau de plaisance sur lequel Desproges porte en dérision la poésie et les poètes.
Sous ses airs de touriste nonchalant, il drape dans ses rimes maladroites et ses poncifs une satire du poète vertueux qui se prend au sérieux.

La poésie a trouvé là un moqueur à sa mesure.

LES COQUILLAGES

 

Ah, j’aime bien pêcher les moules et les rascasses !
On en trouve parfois en cherchant dans la mer.
Alors qu’en montagne, il y en a pas des masses.
Voit-on sur le Mont-Blanc des moules marinières ? Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Mélanome attitude – Poème satirique

MÉLANOME ATTITUDE

 

Ces imbéciles modernes
consacrent
chaque minute de leurs vacances
à poursuivre le soleil
comme un bâton lancé
au chien.

De l’aube au crépuscule
la moindre lueur céleste
mobilise leur concentration.

Étalés de toute leur platitude,
ils retournent leurs escalopes ridées
dans la panure des plages.

Leur peau de beurre fondu
scintille et s’affaisse lentement
dans une flaque de mirages.

De retour au bureau,
le cuir orange cramé,
ils montreront leurs marques de string
à défaut d’avoir quelque-chose à raconter.

Et, avec les années,
cuits comme des travers de porcs,
ils remplaceront leurs séances d’UV
par de douloureuses séances de rayons.

 

Guillaume Riou

 

Mélanome attitude - bronzage

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Crique

CRIQUE

 

Le soupir des vagues
emporte nos tracas futiles
et le vacarme du monde.

Mon regard s’enfonce
dans l’atmosphère.
Ivresse au roulis de la bulle.

Une sterne découpe
lentement la toile
selon les pointillés du vent.

Je sens battre le bonheur
sous ton maillot ensoleillé
qui brûle mes spirales digitales.

On est si complices
dans l’amour
qu’on s’en amuse en silence.

Profitons de la douce éclipse
pour nourrir nos éternités
de plaisir partagé.

 

Guillaume Riou, été 2009.

 

crique des EmbiezCrique sur l’île des Embiez, près de la pointe du Cougoussa

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print