L’attente est mauvaise conseillère – Texte de Milena Jesenská

J’ai lu, cet été, un livre intitulé « Vivre » qui réunit des articles de la journaliste Milena Jesenská.
On méconnait encore les œuvres de cette femme talentueuse et engagée, rendue célèbre par les correspondances de Franz Kafka.

J’y ai découvert des textes, publiés dans les journaux pragois de l’entre-deux-guerres, d’une modernité surprenante. Le regard de cette auteure sur le monde, l’être humain, le quotidien en Tchécoslovaquie et la menace fasciste était extrêmement lucide.

En voici un, empreint de philosophie, qui nous invite à réfléchir sur notre relation au temps et notre perception du présent :

 

L’ATTENTE EST MAUVAISE CONSEILLÈRE

 

Nous passons notre vie à attendre quelque chose ; nous sommes incapables de vivre sans cette attente, sans cet espoir. Cela ne vous a-t-il donc jamais frappés ? En hiver, nous attendons le printemps, nous imaginons la douceur des soirs et la beauté du soleil estival au bord de l’eau. L’été nous trouve en train de faire des projets d’excursions à skis, à évoquer l’agrément, la secrète volupté du poêle qui ronfle, de la lumière de la lampe et des livres que nous aimons, les joies de la neige et le charme d’un ciel gris et brumeux. Nous attendons une nouvelle robe, une soirée au concert, la ville que nous verrons pour la première fois et les futures rencontres. Petite fille, je vivais dans la folle attente de « la vie ». Je croyais qu’un jour, brusquement, la vie allait commencer, s’ouvrir devant moi. Comme un lever de rideau, comme un spectacle qui commence. Il ne se passait rien et il se passait des quantités de choses, mais ce n’était pas ça, on ne pouvait pas dire que c’était la vie, et il faut croire que je persiste à n’être qu’une petite fille, puisque je reste toujours dans les mêmes dispositions, que je continue à attendre cette vie qui doit venir. Et pourtant, il y a longtemps que la vie a commencé et même, lorsque petite, j’attendais, c’était déjà la vie. Les événements que j’attendais avec tant d’impatience survenaient l’un après l’autre et jamais ils n’étaient aussi beaux que l’attente et ils ne retrouvaient leur beauté que dans le souvenir et dans l’attente renouvelée de leur retour. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Les poètes encore – Texte de Jean-Paul Dollé

LES POÈTES ENCORE

 

C’est une affaire entendue : on ne pense pas, on est pensé.
On n’agit pas, on est l’agent d’une structure inventée par l’exacte typologie des rapports de production et des rapports sociaux qui leur correspondent. Chacun sait bien que les idées ne tombent pas du ciel. Tout cela est acte ; un peu maigre.

Comment nous viennent les idées ? Par l’idéologie, cette pourvoyeuse de mauvaises pensées et de lambeaux d’images qui vous rentrent dans la tête et qui sortent de la bouche sous forme de sons, appelés mots. Existent quelques-uns(unes) préposé(e)s qui sécrètent plus intensivement que d’autres ces petits bouts de réalité sonore et langagière qui consolident et détraquent la réalité tout court. C’est pourquoi ces individus sont séduisants et dangereux. On les nomme en général intellectuels. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Tout est affaire de philosophie… – Texte de Jean-Pierre Naugrette

Socrates - Footballeur brésilien - Tout est affaire de philosophieSócrates (1954-2011) – Milieu de terrain international brésilien.

 

Tout est affaire de philosophie…

 

Une vieille émission des Monty Python représente un match de « Philosophie internationale » à l’Olympiastadion de Munich entre une équipe de philosophes grecs opposée à une équipe de philosophes allemands. Les Grecs sont vêtus en toges, les Allemands en costumes d’époque XVIIIe-XIXe.
Allemagne : Leibniz, Kant, Hegel, Schopenhauer, Schelling, Beckenbauer, Jaspers, Schlegel, Wittgenstein, Nietzsche, Heidegger.
Grèce : Platon, Épictète, Aristote, Empédocle, Plotin, Épicure, Héraclite, Démocrite, Socrate, Archimède. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Mascarade identitaire !

Depuis quelques semaines, nos candidats « ultra-médiatico-politiques » Ségo et Sarko nous sortent un lièvre polémique de leur grand chapeau : l’identité nationale !!!

Voilà un sujet qui retentit dans nos cerveaux avec les voix TSF des Pétain, De Gaulle, Verneuil… sur fond de conflits passés tels que guerres mondiales, décolonisations, guerre d’Algérie…

Est-ce là une volonté de nos futurs dirigeants potentiels de faire un point sur notre histoire ? De rendre plus justes et objectifs les manuels d’histoire ? Tout cela afin de rassembler les français d’aujourd’hui autour d’une paix identitaire ? Mon œil !!! Ne serait-ce pas plutôt une pirouette politique pour dynamiser la campagne, pour enfourcher le taureau du pouvoir en laissant les concurrents loin derrière ? Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Philosophia !

Je débute le latin depuis quelques jours et voici la première phrase sur laquelle je dus me pencher :

« Cum tota philosophia, mi Cicero, frugifera et fructuosa nec ulla pars ejus inculta ac deserta sit »
Extrait de Cicéron, De officiis, II, 6.

ce qui veut dire :

« La philosophie dans son ensemble, mon cher Cicéron, est féconde et profitable, et elle n’est en jachère ou à l’abandon dans aucun secteur »

Drôle de hasard me direz-vous… aucun répondrai-je ! La philosophie est, entre autres, très présente en poésie.

philosophia

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

J’me lance…

Bonjour à vous chers visiteurs,

Ça y est, j’me lance ! Me voici blogueur « nouveau né »… .

Pour entrer en matière, je vous laisse vous abreuver à la source de mes aphorismes préférés du philosophe Henry David Thoreau (je vous conseille la lecture de son « Journal ») :

« Comment un homme peut-il voir la lumière qui n’a pas répondue à une lumière intérieure ? »

« Qu’il est vain de s’asseoir pour écrire, quand on ne s’est pas levé pour vivre. »

« Aucun mortel n’est assez vigilant pour être présent à la première aube du printemps. »

« Entretenez les feux de la pensée et tout ira bien. »

« J’écoute pour entendre les chiens du silence aboyer à la lune. »

« Qu’un homme marche au son de la musique qu’il entend, qu’elle qu’en soit la cadence. »

« Il y a plus de religion dans la science des hommes, qu’il n’y a de science dans leur religion. »

« Il n’est pas d’individu plus fatalement inconsidéré que celui qui consume la majeure partie de sa vie à la gagner. »

« A quoi sert une maison, si l’on a pas une planète acceptable pour l’y établir ? »

 

Spécial clin d’œil sur ce dernier aphorisme, que je n’applique pas souvent :

« Cultivez l’habitude de vous lever tôt. Il n’est pas sage de garder longtemps la tête au même niveau que les pieds. »

 

Walden-pond4 juillet 1945 : Plus de 100 adeptes du célèbre naturaliste et philosophe Henry David Thoreau rassemblés près d’un cairn et d’une plaque gravée, sur les rives de l’étang de Walden où Thoreau construisit sa petite cabane d’une seule pièce. (Source : The Boston Globe)

 

 

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr