Disparition

DISPARITION

 

Frisson d’un murmure

dans la houle du champ de seigle,
dans le ballet nébuleux des mouches,
dans le linceul de la rivière,

au dos des pierres moirées de sang.

Ne me cherchez pas, je ne suis plus là.

Disparu.

 

Guillaume Riou, in Les Citadelles, revue de poésie, n°18, Paris, 2013.

 

DisparitionPhotographie par Chris Friel pour la série Biosphere

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Der König in Thule (Le roi de Thulé) – Poème de Johann Wolfgang von Goethe

 

DER KÖNIG IN THULE

 

Es war ein König in Thule,
Gar treu bis an das Grab,
Dem sterbend seine Buhle
Einen goldnen Becher gab.

Es ging ihm nichts darüber,
Er leert’ ihn jeden Schmaus;
Die Augen gingen ihm über,
So oft er trank daraus.

Und als er kam zu sterben,
Zählt’ er seine Städt’ im Reich,
Gönnt’ alles seinen Erben,
Den Becher nicht zugleich. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La légende du Kerdeck – Poème de Jean-Louis Dubut de Laforest

La légende du Kerdeck

 

C’est fête patronale au Kerdeck, en Bretagne,
Ivon roi des binious, Ivon jeune et charmant,
Mène le bal, et gai comme un appel d’amant
Le biniou fait vibrer la grève et la montagne.

Seul, Ivon chante encor, vers le soleil mourant :
Plus doux est son refrain, plus noire est la campagne !
L’homme tremble d’amour, quand du flot qui le gagne,
Une femme s’élance et des bras l’entourant : Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Jardin d’enfants – Poème de Georges Haldas

Georges Haldas est un des poètes que je lis et relis régulièrement car ses poèmes font évoluer mon regard sur la vie, sur le temps et sur l’autre.
Il fige et sublime l’instant, avec une poésie fine et une philosophie profonde.

JARDIN D’ENFANTS

 

Ici l’enfant regarde
un oiseau bien tranquille
dévorer dans les branches
un ver qui tremble encore
Un papillon s’en va
couvert d’or C’est dimanche
Sur un banc deux vieillards
bouche ouverte somnolent Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Treize novembre

TREIZE NOVEMBRE

 

Paris, cette nuit,
empeste le sang
des innocents criblés de métal
et des séides ceinturés d’horreur.

 

Guillaume Riou. Poème rédigé en novembre 2015 après les attentats de Paris.

Treize novembreAttentats de Paris – Dessin de Tommy Dessine

 

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

La poussière du jour – Poème d’Albert Lozeau

La poussière du jour

 

La poussière de l’heure et la cendre du jour
En un brouillard léger flottent au crépuscule.
Un lambeau de soleil au lointain du ciel brûle,
Et l’on voit s’effacer les clochers d’alentour.

La poussière du jour et la cendre de l’heure
Montent, comme au-dessus d’un invisible feu,
Et dans le clair de lune adorablement bleu
Planent au gré du vent dont l’air frais nous effleure. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Mue

MUE

 

La mue tombale
révèle le charbon intime.

La mort accompagne
le tissu des chairs
pour éclore au bout du quai.

Ainsi le passeur reconnaît les siens.

 

Guillaume Riou, in le livre d’artistes Mue, Ed. Index, 2013.
Poème rédigé en 2009, inspiré du raku « Main en mutation » de l’artiste Heurtebise.

 

MueMain en mutation, raku d’Heurtebise

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

The newspaper dead (Les morts des journaux) – Poème de Pierre Joris

THE NEWSPAPER DEAD. the paper picked up taken home, like going to church on sunday, long ago, as regular, as much of a rite. the double ritual of reading, of writing, take notes, see how it can enter, that world, your world, too. introïbo. no altar but what rolled off the presses, heavily inked. iconography of random death: if to pray is to give thought, intensely, then that is what I am doing right now unalienable format : too large to be cut out and glued into notebook : this dead will have to stay where it is, on the front page, tomorrow’s dustbin liner. this is a Reuters dead from Rome, young woman in heavy wintercoat, wool cap with studded rim pulled down to half-inch above eyebrows, face pressed three quarters towards me to the asphalt, ear to the ground as if listening for a distant tremor an approaching train a faroff revolution or simply for what the earth has to tell her. whatever it is, she can no longer hear it. Lire la suite…

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Ground zero

GROUND ZERO

 

Un titan de poussière anthracite
se lève entre les buildings.
Sueur froide à la nuque du monde.

Sous une rafale de Boeing,
les sœurs jumelles tombent.
Agonie rauque et vrombissante.

Boucles d’images.

Interminables semaines :
le brasier ronge leurs carcasses
de chair et de verre.

Les fumées ceignent le bûcher,
laissant poindre des bras métalliques
figés au cratère de l’horreur.

Fosse commune de pierre et de sang :
gisent les os broyés des tours,
jonchés de cendres.

Boue de papiers

Armatures compressées

Plâtres calcinés

Toiles déchiquetées

Cœurs lacérés

 

Guillaume Riou. Poème publié dans le recueil collectif  Un bout de chemin…, Ed. du Bord du Lot, 2011

 

Firefighters at Ground Zero - 2001Ground zero – Photographie de James Nachtwey – 2001

Coll. du musée d’art Currier, Manchester (NH). Sous le titre « Firefighters at Ground Zero »
Fonds d’acquisition Henry Melville Fuller – 2014

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Paris battu par les flots, mais ne sombre pas

Fluctuat-nec-mergitur-Joann-SfarCase de Joann Sfar sur son compte Instagram

 

Boomerang du 16 novembre 2015 sur France Inter – Augustin Trapenard reçoit Joann Sfar trois jours après les attentats.

Partager
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr
image_pdfimage_print